Retraités : les perdants et les gagnants des réformes gouvernementales

Des mesures décidées par l’exécutif sont susceptibles de diminuer ou d’augmenter votre pouvoir d’achat, selon votre situation.

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
1mn de lecture
Une manifestante contre la hausse de la CSG, jeudi 28 septembre à Paris.
Une manifestante contre la hausse de la CSG, jeudi 28 septembre à Paris. Une manifestante contre la hausse de la CSG, jeudi 28 septembre à Paris.

Des milliers de retraités ont manifesté jeudi 28 septembre contre la hausse de la CSG, à Paris et dans plusieurs villes de province. Le relèvement de 1,7 point de la contribution sociale généralisée figure parmi les mesures décidées par le gouvernement d’Edouard Philippe susceptibles de viser les retraités.

Les réformes défavorables aux retraités

Environ 60 % des retraités seront touchés par l’augmentation de la CSG. Le taux de la contribution sociale généralisée sur leur pension va passer de 6,6 % à 8,3 %.

Selon un exemple fourni par le gouvernement, un couple de retraités percevant 3 858 € par mois va subir dès l’année prochaine une baisse de 64 € de son pouvoir d’achat.

Une autre mesure pénalisant les retraités est le décalage au 1er janvier 2019 de la revalorisation des retraites du 1er octobre 2018. La hausse prévue le 1er octobre prochain est revanche maintenue (+ 0,8 %).

Les réformes favorables aux retraités

L’allocation de solidarité aux personnes âgées (Aspa) doit progresser dans les prochaines années.

Pour les retraités et le reste de la population, de nouvelles exonérations de taxe d’habitation vont entrer en vigueur en 2018 puis les deux années suivantes.

A lire aussi

Partager cet article :