Retraites complémentaires des salariés : la revalorisation atteindra au plus 0,1 % le 1er novembre

Les organisations syndicales et patronales doivent s’accorder soit sur une stagnation des pensions versées par l’Agirc-Arrco, soit sur une faible hausse.

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
2mn de lecture
Agirc-Arrco
L’Agirc-Arrco verse les retraites complémentaires des anciens salariés du privé. © Deagreez

Comment va évoluer le niveau des retraites complémentaires que perçoivent les anciens salariés du privé ? Les pensions vont stagner ou augmenter au plus de 0,1 % maximum le 1er novembre, prévoit mercredi 16 septembre auprès de Dossier Familial Michel Beaugas, secrétaire confédéral à Force ouvrière (FO), au lendemain d’une réunion de la commission paritaire de l’Agirc-Arrco, une instance qui « interprète les accords nationaux interprofessionnels » applicables à la caisse de retraite complémentaire des anciens salariés du privé. Sollicitée, l’Agirc-Arrco refuse de nous répondre « sur les hypothèses de travail ».

La crise sanitaire pénalise par contrecoup les recettes de l’Agirc-Arrco. « En raison du chômage partiel, une partie des rémunérations prises en compte ont disparu, ce qui a entraîné un recul du salaire annuel moyen (SAM) qui est utilisé dans la gestion du régime »,souligne auprès de Dossier Familial Frédéric Sève, secrétaire national à la CFDTLe SAM a baissé de 5,7 %, selon Michel Beaugas. Depuis mars, pour éviter des licenciements, les employeurs ont recouru de façon massive à l’activité partielle, aux règles assouplies.

Possibilité d’une application rétroactive

Le conseil d’administration de l’Agirc-Arrco, composé de représentants syndicaux et patronaux doit prendre le 8 octobre une décision pour le 1er novembre. Mais, se rappelle Frédéric Sève, « il est arrivé que les partenaires sociaux n’arrivent pas à fixer le niveau d’évolution avant la date prévue. Dans cette situation, la décision prise après s’est appliquée de façon rétroactive ».

Au-delà du sujet du 1er novembre, les syndicats et le patronat devront s’entendre en début d’année prochaine sur l’évolution de la valeur d’achat et de la valeur de service du point de retraite Agirc-Arrco. La valeur d’achat permet de calculer le nombre de points acquis en une année. Lorsque vous partez à la retraite, le montant de votre pension est déterminé à partir du nombre total de points acquis au cours de votre carrière multiplié par la valeur de service en vigueur l’année de votre départ.

« Un autre choix est possible, c’est de ne rien faire et de renvoyer à une négociation interprofessionnelle en 2021 », précise Michel Beaugas. Le dirigeant de FO a une crainte, exprimée également aux Echos : à l’en croire, « les employeurs pourraient demander » une non-revalorisation du point à la liquidation et un lissage de « l’évolution du point à l’achat sur plusieurs années ».

df
Timour Aggiouri
Publié le

Partager cet article :