Retraite : vieillir chez soi coûte entre 584 et 1 836 € par mois

Frais de santé, services d’aide à domicile, aménagements… Vieillir à domicile coûte en moyenne 1 043 euros par mois, selon le baromètre de Retraite.com et Silver Alliance. Un montant qui varie selon l’âge et le niveau de dépendance.

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
3mn de lecture
© Zinkevych

Près de 15 millions de retraités sont comptabilisés en France et plus de 85 % d’entre eux souhaitent vieillir chez eux, selon un sondage Ifop de mars 2019. Un souhait bien légitime mais qui a un coût. Dans une étude publiée mardi 15 décembre, le site d’informations Retraite.com et le groupement d’entreprises pour les seniors, Silver Alliance, ont analysé et étudié le coût de plus de 25 produits et services tels que la mutuelle, l’appareillage auditif, l’optique, l’aide à domicile, l’achat de fauteuils adaptés ou de produits nécessaires à la dépendance pour établir le coût du « bien vieillir » chez soi lorsque l’on a 65 ans, 75 ans ou plus de 85 ans. Tout a été passé au crible excepté les dépenses liées au logement (loyer, eau, électricité) et à l’alimentation. Au total, plus de 250 devis ont été étudiés afin d’analyser le prix des services de base, classiques et premiums.

Vieillir à domicile coûte de 584 à 1 836 € par mois

Sur 30 ans, le coût pour vieillir dignement chez soi est évalué en moyenne à 12 514 € par an, soit 1 043 € par mois. Mais les dépenses à prévoir ne sont évidemment pas les mêmes à 65 ans qu’à 85 ans. « Vieillir à domicile a logiquement un coût croissant avec l'âge pour veiller sur sa santé et compenser sa perte d'autonomie », estime Ludovic Herschlikovitz, CEO du site Retraite.com. En moyenne, un retraité devra débourser 584 € par mois pour vieillir chez lui de 65 à 75 ans, puis 740 € de 75 à 85 ans et enfin 1 836 € à partir de 85 ans.

« Entre 65 et 75 ans, les frais de santé (mutuelle, frais optique, dentaire...) restent le premier poste de dépenses. Viennent ensuite les frais de déplacement et les services à domicile tels que le ménage, le jardinage ou l'accompagnement des personnes fragiles occupent le troisième centre de coût », explique le fondateur de Retraite.com. Entre 75 et 85 ans, la santé reste le premier poste de dépenses, avec des frais de plus en plus élevés. Les déplacements coûtent, en revanche, moins cher mais les frais de services à domicile (ménage, aides personnalisées, portage de repas…) augmentent. « Enfin à partir de 85 ans, la dépendance et l'accès à des soins d'accompagnements deviennent plus importants (services à domicile, garde de nuit, alimentation personnalisée). Le coût du "bien vieillir chez soi" devient alors très largement le premier poste de dépenses avec un coût parfois important pour les gardes de nuits ou les services à domicile », précise Ludovic Herschlikovitz.

Un coût qui augmente selon l’âge et le niveau de revenus

Toutefois, les dépenses ne seront pas les mêmes selon le niveau de revenus. « La réalité quotidienne de la vie des séniors met en évidence qu'en fonction du montant de leur retraite, de nombreux séniors n'ont pas d'autres choix que de limiter certains services tels que les soins dentaires ou l'aide à domicile », explique le fondateur de Retraite.com.

© Silver Alliance et Retraite.com

L’étude a ainsi analysé le coût des services pour un senior disposant d’une retraite de base (903,20 € par mois), d’une retraite moyenne de 1 382 € ou d’une retraite élevée de 3 100 € par mois. Un senior âgé de 75 ans disposant d’une retraite de base dépensera en moyenne 410 € par mois, contre 1 077 € s’il dispose de revenus élevés.

© Silver Alliance et Retraite.com

Même si les montants paraissent élevés, vieillir chez soi reste plus économique que d’aller en maison de retraite, estime Ludovic Herschlikovitz. En 2018, le prix médian d’une chambre individuelle en Ehpad s’élevait à 1 977 € par mois, selon la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie (CNSA).

Partager cet article :