Retraites : une revalorisation en novembre pour les exploitants agricoles

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
2mn de lecture
© iamnoonmai

Bonne nouvelle sur le front des retraites agricoles ! Suite au décret de loi du 17 juin 2021, les chefs d'exploitation aux pensions de retraite les plus faibles, verront, à compter du 1er novembre 2021, une revalorisation de ces dernières d'un montant de 1 035 € mensuels supplémentaires.

Au total, ce sont quelque 227 000 chefs d’exploitation agricole qui bénéficieront de cette revalorisation, avec en moyenne 105 euros de retraite de plus chaque mois. Cette revalorisation, initialement prévue pour le 1er janvier 2022, est finalement avancée au 1er novembre 2021. 

Quelles sont les modalités pour obtenir cette revalorisation ?

Cette mesure ne s'applique cependant pas à tous les travailleurs agricoles. Elle est valable pour les chefs d'exploitation agricole qui ont liquidé l'ensemble de leurs pensions obligatoires et prennent leur retraite à partir de novembre 2021, ainsi que les retraités agricoles actuels. Il est à noter que les conjoints collaborateurs et aidants familiaux de ces chefs d'exploitation agricole ne sont pas inclus pour cette hausse des pensions de retraite. 

Pour pouvoir bénéficier des 1 035 € mensuels supplémentaires dans sa retraite agricole, il faut remplir les critères suivants : 

  • être un chef d'entreprise agricole ayant mis en valeur à titre principal, une exploitation ;
  • justifier d'une carrière complète d'assurance au régime des non salariés agricoles soit  32,5 ans pour les assurés partis en retraite avant le 1er janvier 1997 ;
  • justifier du droit à une pension à taux plein à la date d'effet de leur pension de retraite de base pour les assurés partis en retraite après le 1er janvier 1997 ;
  • faire valoir l'ensemble des droits de base et complémentaires auprès de tous les régimes de retraite affiliés.

Cas du complément différentiel

Les exploitants agricoles ne peuvent pas toucher le complément différentiel avant la date à laquelle ils pourront bénéficier des pensions de retraite auxquelles ils peuvent prétendre, et qu'ils ont fixée lors de leur demande de liquidation. 

Astuces

Les exploitants agricoles ne présentant pas les conditions d'octroi d'une ou plusieurs de leurs pensions, à la date pour laquelle ils demandent le bénéfice du complément différentiel, peuvent apporter la preuve qu'ils ne remplissent pas ces conditions, par tout moyen en leur possession. 

Le montant du complément différentiel auquel ils ont droit sera alors calculé sans tenir compte de ces pensions jusqu'au dernier jour du mois précédant celui au cours duquel ces conditions d'attribution sont remplies.

A lire aussi