Retraite : la revalorisation prévue en mai pour certains retraités attendra

Le montant des pensions de base de certains retraités devait être revu à la hausse ou à la baisse début mai. Mais en raison du confinement, la révision interviendra entre juillet et septembre. Voici qui est concerné.

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
2mn de lecture
© domoskanonos

C’est l’une des conséquences du confinement. Alors que plusieurs dizaines de milliers de retraités devaient voir leur pension de base revalorisée en mai, la révision interviendra plus tard que prévu. En cette période de crise sanitaire, « les caisses de retraite sont recentrées sur leurs missions essentielles pour permettre la continuité du paiement des pensions et le traitement des nouvelles demandes ainsi que l’information aux assurés », a expliqué au Monde la direction de la Sécurité sociale. La revalorisation sera effective entre juillet et septembre.

Ce report ne concerne que 5 % des retraités. La loi de financement de la sécurité sociale pour 2020 avait, en effet, prévu un mécanisme de revalorisation différenciée des pensions de base. En janvier, les retraités touchant moins de 2 000 € de pension brut par mois (base et complémentaire comprises), soit 1 874 € net, ont bénéficié d’une hausse de leur retraite de base de 1 %. Ceux qui perçoivent davantage ont eu droit à une revalorisation de 0,3 %. Mais pour éviter de pénaliser les pensionnés dont les pensions totales brutes dépassent de peu le seuil de 2 000 €, le gouvernement avait instauré un dispositif de taux intermédiaires, compris entre 0,4 et 0,8 % qui devaient s’appliquer à partir de mai et concerner les 5 % de retraités proches des 2 000 €.

Taux 2020 de revalorisation des pensions de base

Montant de la pension totale brute

Niveau de revalorisation

Inférieur ou égal à 2 000 €

1 %

Supérieur à 2 000 € et                          inférieur ou égal à 2 008 €

0,8 %

Supérieur à 2 008 € et                         inférieur ou égal à 2 012 €

0,6 %

Supérieur à 2 012 € et                                 inférieur ou égal à 2 014 €

0,4 %

Supérieur à 2 014 €

0,3 %

La révision représente quelques dizaines d’euros maximum

Prenons par exemple un retraité percevant 2 008 € de pensions bruts : 1 400 € de pension de base et 608 € de complémentaire Agirc-Arrco. En janvier, sa pension de base a été revalorisée de 0,3 % alors qu’il avait droit à une revalorisation de 0,8 %. En mai, sa pension de base aurait dû être revalorisée de 0,8 %, avec un rappel pour les mois précédents. Pour y avoir droit, il devra attendre l’été ou la rentrée prochaine. Les montants sont de quelques euros ou quelques dizaines d’euros.

A l’inverse, un retraité qui a bénéficié par erreur en janvier d’un taux de revalorisation de 1 % alors qu’il perçoit un tout petit peu plus de 2 000 € verra sa pension diminuer lors de la révision. La pension baissera de quelques euros. Mais bonne nouvelle, la Cnav ne réclamera pas le trop-perçu depuis le 1er janvier.

df
Sarah Corbeel
Publié le

Partager cet article :