Retraite : la réforme enterrée au profit de la revalorisation des petites pensions ?

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
2mn de lecture
© DuxX

La crise sanitaire n’empêche pas le travail parlementaire de se poursuivre sur des sujets plus éloignés des préoccupations sanitaires. Le projet de réforme des retraites est, certes, à l’arrêt mais cela ne prive pas les députés de continuer à légiférer sur le sujet.

Ainsi, selon nos confrères de Capital, ce ne sont pas moins de trois propositions de loi qui ont été présentées (ou vont l’être) avec pour objectif l’amélioration des pensions de retraite de certains travailleurs agricoles, défavorisés par le système. Pour rappel, en juin 2020 déjà, une loi a été votée pour revaloriser la retraite minimale des exploitants agricoles à 85 % du Smic, contre 75 % actuellement. Cette nouvelle législation entrera en vigueur au mois de novembre (deux mois plus tôt qu'initialement prévu).

Cette loi a ouvert la porte pour tenter d’élargir ce dispositif à d’autres « oubliés », comme les appelle le député PCF André Chassaigne auprès du magazine.

Même régime pour les conjoints collaborateurs et aidants familiaux ?

Ainsi, le patron des députés communistes a déposé, tout comme la députée de la majorité Jacqueline Dubois, des propositions de loi visant à revaloriser les pensions de retraite des conjoints collaborateurs et des aidants familiaux à 85 % du Smic, soit environ 1035 € par mois.

Selon l’exposé des motifs de la proposition de loi communiste : « La moyenne, en 2019, pour une carrière complète est de 601 € pour les conjoints collaborateurs et de 718 € par mois pour les aidants familiaux. Selon les données communiquées par la MSA, en 2019, plus de la moitié des bénéficiaires du régime des non-salariés agricoles (1,33 million de personnes) sont pensionnés avec un statut autre que celui de chef d’exploitation ou d’entreprise agricole. »

Toutefois, le régime de retraite des agriculteurs est extrêmement complexe, ne permettant pas aisément de dégager des marges de manœuvre financières pour augmenter les faibles pensions. Des arbitrages devront avoir lieu, le texte sera débattu le 17 juin prochain dans l’Hémicycle.

Bientôt les indépendants ?

A défaut de poursuivre sa réforme des retraites, le gouvernement se penche désormais, toujours selon nos confrères de Capital, sur un plan visant à « améliorer le cadre d’activité et de protection globale des indépendants. » Cette fois, c’est le ministre chargé des PME, Alain Griset, qui est à la manœuvre. Et, bien sûr, la revalorisation des petites pensions de retraite figure en bonne place dans ce qui sera présenté à Emmanuel Macron dans les prochaines semaines.

De quoi définitivement enterrer le projet de réforme des retraites ? Pas sûr, mais celui-ci sera certainement repoussé après le printemps 2022, si le locataire de l’Élysée parvient à se faire réélire...

A lire aussi