Retraite : ce qui change en 2021

Revalorisation des pensions de base et complémentaire, salaire brut requis pour valider un trimestre… Tour d’horizon des principales mesures entrées en vigueur le 1er janvier touchant les cotisants et les retraités.

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
3mn de lecture
© Thanmano

Revalorisation de 0,4 % des pensions de base

En janvier, toutes les pensions de retraite de base augmentent de 0,4 %. Seules les pensions de base des avocats sont revalorisées de 0,5 %. Attention, les pensions de retraite de base étant versées dans la plupart des cas à terme échu – c’est-à-dire à la fin de la période pour laquelle elles sont dues – la revalorisation sera effective sur la pension versée au mois de février.

Après trois revalorisations exceptionnelles en trois ans (+ 30 € en avril 2018, +35 € en janvier 2019 et en janvier 2020),l’Allocation de solidarité aux personnes âgées (Aspa, l’ex-minimum vieillesse) sera revalorisée le 1er avril prochain. Actuellement, l’Aspa s’élève à 903,20 € maximum par mois pour une personne seule et 1 402,22 € maximum par mois pour un couple.

Revalorisation des retraites complémentaires

En revanche, les 13 millions d’anciens salariés du privé devront attendre le 1er novembre prochain pour espérer une revalorisation de leurs pensions de retraite complémentaire versées par l’Agirc-Arrco. En raison de la crise sanitaire, elles n’ont pas été révisées en novembre dernier.

Quant aux autres pensions complémentaires, plusieurs régimes ont prévu une hausse de 0,4 % en janvier. C’est par exemple le cas de la caisse complémentaire des artisans et commerçants, du régime de retraite complémentaire des agents non titulaires de la fonction publique (Ircantec) ou de celui des agents d’assurances (Cavamac).

En vidéo : Ce qui change pour vos retraites en 2021

Chargement de votre vidéo...

Taux de prélèvement de la CSG, la CRDS, la CASA

Une circulaire du 21 décembre de la Caisse nationale d’assurance vieillesse (Cnav) précise les seuils d’assujettissement et d’exonération à la contribution sociale généralisée (CSG), à la contribution pour le remboursement de la dette sociale (CRDS) et à la contribution de solidarité pour l’autonomie (Casa) applicables aux pensions de vieillesse à compter du 1er janvier 2021.

Les taux de cotisations et les conditions d’exonération sont déterminés par rapport au revenu fiscal de référence du foyer de l’avant-dernière année d’imposition et au quotient familial. Depuis le 1er janvier 2019, quatre situations peuvent se présenter en fonction des revenus fiscaux de référence :

  • Exonération de CSG, CRDS et Casa ;
  • Assujettissement à la CSG au taux de 3,8 % (taux réduit) et CRDS ;
  • Assujettissement à la CSG au taux de 6,6 % (taux médian) et CRDS et Casa ;
  • Assujettissement à la CSG aux taux de 8,3 % (taux normal) et CRDS et Casa.

CSG

Exonération

3,8 %

6,6 %

8,3 %

CRDS

Exonération

0,5 %

0,5 %

0,5 %

CASA

Exonération

Exonération

0,3 %

0,3 %

Quotient familial

RFR inférieur ou égal à

RFR entre

RFR 

RFR supérieur à

1 part

11 408 €

11 408 à 14 914 €

14 914 € à 23 147 €

23 147 €

1,5 part

14 454 €

14 454 à 18 896 €

18 896 € à 29 326 €

29 326 €

2 parts

17 500 €

17 500 à 22 878 €

22 878 € à 35 505 €

35 505 €

Demi-part en plus

3 046 €

3 982 €

3 982 €

6 179 €

Un salaire minimum de 1 537,50 € pour valider un trimestre

Pour enregistrer un trimestre d’assurance vieillesse, il faut percevoir un salaire soumis à cotisations représentant au moins 150 fois le montant du Smic horaire brut.

Le salaire minimum interprofessionnel de croissance étant fixé à 10,25 € depuis le 1er janvier 2021, un salarié valide désormais un trimestre de retraite dès lors qu’il touche 1 537,50 € de salaire brut (150 x 10,25). Pour obtenir quatre trimestres, il faut donc gagner dans l’année au moins 6 150 € brut.

Pension de réversion : nouveau plafond de ressources

La revalorisation du Smic entraîne une augmentation du plafond de ressources à ne pas dépasser pour toucher la pension de réversion du régime général, selon une circulaire de la Cnav datée du 22 décembre 2020. Depuis le 1er janvier 2021, il se situe à 21 320 € par an pour une personne veuve vivant seule (ou 5 330 € par trimestre). Si vous êtes remarié(e), pacsé(e) ou vivez en concubinage, les revenus du ménage doivent être inférieurs à 34 112 € par an (ou 8 528 € par trimestre).

Partager cet article :