Réforme des retraites : l’exécutif cherche une porte de sortie au conflit social

Emmanuel Macron souhaite « un compromis rapide avec les organisations syndicales et patronales qui le veulent ».

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
2mn de lecture
Emmanuel Macron à l’Elysée le 19 décembre 2019.
Emmanuel Macron à l’Elysée le 19 décembre 2019. © Charles Platiau – Reuters

Le gouvernement d’Edouard Philippe doit reprendre mardi 7 janvier ses négociations avec les organisations syndicales et patronales au sujet de la réforme des retraites. Dans les coulisses, l’exécutif et les syndicats continuent à dialoguer malgré la grève qui a débuté en décembre, comme l’a indiqué jeudi à BFM TV/RMC la secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Economie et des finances, Agnès Pannier-Runacher.

Tout en confirmant le maintien de la réforme visant à créer un système universel de retraite, par points, Emmanuel Macron a annoncé être favorable à des concessions, dans son discours du 31 décembre. « Avec les organisations syndicales et patronales qui le veulent, j’attends du gouvernement d’Edouard Philippe qu’il trouve la voie d’un compromis rapide », a dit le président de la République.

Le chef de l’Etat a laissé entrevoir la mise en place de conditions de départ favorables au bénéfice des personnes exposées à des conditions de travail physiquement éprouvantes. « Nous prendrons en compte les tâches difficiles pour permettre à ceux qui les exercent de partir plus tôt, sans que pour autant cela soit lié à un statut ou à une entreprise », a affirmé Emmanuel Macron. Selon le quotidien Le Monde, les travailleurs concernés disposeraient de « points leur permettant de partir plus tôt à la retraite sans subir de malus ».

Une mesure permettant un départ anticipé doit limiter l’hostilité de la CFDT à l’instauration d’un âge pivot ou d’équilibre. Les assurés liquidant leur retraite en deçà du seuil de 64 ans envisagé par l’exécutif risqueront de subir une diminution du montant de leur pension. La CFDT, premier syndicat du pays, défend la création d’un système universel.

Journée de mobilisation le 9 janvier

Une journée de mobilisation nationale et interprofessionnelle est prévue le 9 janvier, à l’appel des syndicats CGT, FO, FSU et Solidaires et d’organisations de jeunesse réclamant l’abandon de la réforme.

La grève contre la réforme des retraites à la RATP et à la SNCF est entrée vendredi 3 janvier dans son trentième jour. C’est l’une des plus longues cessations du travail en continu de l’histoire du pays.

Le projet de loi doit être présenté le 24 janvier en Conseil des ministres.

df
Timour Aggiouri
Publié le

Partager cet article :