Réforme des retraites : les failles du « simulateur » officiel

L’outil ne permet pas de prévoir le montant de votre pension en fonction des règles de la réforme gouvernementale.

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
2mn de lecture
La réforme vise à instaurer un régime universel de retraite, par points.
La réforme vise à instaurer un régime universel de retraite, par points. © JPC-PROD

Mis en ligne vendredi 24 janvier sur le site du secrétariat d’Etat chargé des Retraites, l’outil est présenté comme un « simulateur » du montant de votre future pension suivant les règles de la réforme en cours. Mais ce dispositif, ouvert le jour de la présentation en Conseil des ministres des deux projets de loi visant à créer un système universel de retraite, par points, ne permet pas de déterminer précisément le montant que vous percevrez lors de la liquidation de votre pension. Voici pourquoi.

Des cas types pour cinq statuts

Vous ne pouvez fournir aucune donnée chiffrée concernant votre carrière. L’outil donne accès à des fiches détaillant les changements induits par la réforme des retraites pour :

  • les salariés ;
  • les indépendants ;
  • les fonctionnaires hors enseignants ;
  • les enseignants.

En fonction de votre statut, vous avez la possibilité de sélectionner la fiche correspondant à votre situation, selon que vous êtes né en 1980 ou en 1990, aucune autre année de naissance n’étant envisagée. 

Vous êtes salarié ? Vous pouvez choisir le document correspondant à votre situation :

  • salarié au Smic (salaire minimum interprofessionnel de croissance) ;
  • salarié au salaire moyen des Français ;
  • salarié à temps partiel ;
  • salarié à carrière progressive (1 390 à 2 890 €) ;
  • salarié à carrière progressive (1 390 à 8 610 €).

En fonction de votre âge de départ à la retraite, de 62 ans, qui va être maintenu comme âge légal donc minimal de liquidation de votre pension, à 67 ans, chaque fiche présente le montant prévisionnel de votre pension, avant et après la réforme.

L’absence de prise en compte de nombreuses données

Le simulateur ne s’adresse ni aux assurés relevant des régimes spéciaux de retraite ni aux militaires.

Les périodes de chômage, l’invalidité et les interruptions de carrière pour élever des enfants ne sont pas prises en compte. Or, l’ensemble de la carrière devant être prise en compte après la réforme (et les carrières étant moins linéaires aujourd’hui qu’hier), ces données peuvent s’avérer cruciales pour simuler justement une pension future.

Les différentes fiches s’appuient sur l’hypothèse d’un début de carrière systématique à 22 ans. Des assurés peuvent pourtant commencer à travailler avant ce seuil, d’autres au-delà.

Un simulateur à venir

Selon le secrétariat d’Etat chargé des Retraites, un simulateur prenant en compte « les données personnelles de carrière sera disponible, après le vote de la loi », espéré par le gouvernement en mai 2020.

df
Timour Aggiouri
Publié le

Partager cet article :