Réforme des retraites : ce qu’il faut retenir du discours d’Edouard Philippe

Le Premier ministre a détaillé mercredi le contenu du projet de loi qui doit aboutir à la création d’un régime universel.

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
3mn de lecture
Edouard Philippe devant le Conseil économique, social et environnemental, mercredi 11 décembre.
Edouard Philippe devant le Conseil économique, social et environnemental, mercredi 11 décembre. © Thomas Samson – Pool New – Reuters

Malgré la grève qui a débuté jeudi dernier à la RATP, à la SNCF et dans la fonction publique, Edouard Philippe n’abandonne pas sa réforme. « Le temps est venu de construire un système universel de retraite » par points et non plus par trimestres, a dit le Premier ministre en introduction de son discours devant le Conseil économique, social et environnemental (CESE), mercredi 11 décembre. 

Le chef du gouvernement a détaillé les mesures qu’il souhaite voir inscrites dans le projet de loi qui doit créer ce régime. Le texte doit être présenté en Conseil des ministres le 22 janvier puis être soumis au Parlement à partir de la fin février. Après son allocution, Edouard Philippe a prévu de s’expliquer dans une interview sur le plateau du journal de 20 heures de TF1.

Application de la réforme pour les personnes nées à partir de 1975

La réforme va concerner seulement les personnes nées à partir de 1975. « La transition sera très progressive », a indiqué le Premier ministre.

Les personnes nées en 2004 et commençant à travailler en 2022 seront les premiers assurés intégralement touchés par la réforme.

« Nous conserverons 100 % des droits acquis dans les régimes actuels » et « nous sommes prêts à mettre en place des dispositifs très protecteurs » pour les personnes dont la retraite est calculée sur les 6 derniers mois de carrière, a souligné le chef du gouvernement.

Âge pivot à 64 ans

L’âge légal ou minimal de départ à la retraite va être maintenu à 62 ans, selon Edouard Philippe, y voyant « un principe de liberté ».

Mais, a ajouté le Premier ministre, « nous allons devoir inciter les Français à travailler plus longtemps ». Un âge d’équilibre va être instauré, reposant sur un système de malus et de bonus. Le chef du gouvernement a évoqué le seuil de 64 ans.

« Les personnes qui ont commencé à travailler tôt, avant 20 ans, pourront continuer de partir deux ans avant les autres », a-t-il fait savoir. 

En outre, « nous allons étendre et améliorer la prise en compte de la pénibilité ».

Les assurés exerçant un « métier usant » pourront liquider leur retraite « deux années plus tôt ».

Fin des régimes spéciaux

Edouard Philippe a confirmé la suppression des régimes spéciaux, dont ceux de la RATP et de la SNCF, « progressivement, sans brutalité, dans le respect des parcours individuels ».

Fixation de la valeur du point par les organisations syndicales et patronales

Les syndicats et le patronat fixeront la valeur du point, « sous le contrôle du Parlement »

Cette valeur sera indexée « sur les salaires, qui dans notre pays augmentent plus vite que l’inflation », selon le Premier ministre. La valeur des points acquis ne pourra diminuer.

Prise en compte des primes des fonctionnaires

Les primes des fonctionnaires seront incluses dans le calcul des pensions. Actuellement, une partie ou la totalité de ces primes ne sont pas prises en compte.

Pension minimale de 1 000 euros par mois pour une carrière complète au Smic

Une pension minimale de 1 000 € sera versée aux assurés ayant accompli au carrière complète en percevant l’équivalent du salaire minimum interprofessionnel de croissance. Le montant versé augmentera suivant l’évolution du Smic.

Des points supplémentaires pour chaque enfant

Des points supplémentaires seront accordés aux parents, dès le 1er enfant. Cette majoration sera accordée à la mère, sauf choix contraire des parents.

Ouverture de droits pour chaque heure travaillée

Chaque heure travaillée permettra d’obtenir des droits à la retraite.

Accumulation de points possible après le départ à la retraite

Les personnes continuant à travailler après avoir pris leur retraire pourront continuer à accumuler des points.

Le dispositif de la retraite progressive va être assoupli.

Une pension de réversion égale à 70 % des ressources du couple

Le calcul de la pension de réversion garantira à la veuve ou au veuf au moins 70 % des ressources du couple.

Mêmes règles pour les élus, les ministres et les autres assurés

Les retraites des élus et des ministres seront soumises aux règles générales. À croire Edouard Philippe, ces assurés « seront traités comme tous les Français ».

df
Timour Aggiouri
Publié le

Partager cet article :