Les femmes, « grandes gagnantes » de la réforme des retraites ?

Le système universel par points que souhaite créer Edouard Philippe va pénaliser les femmes, déplorent des acteurs associatifs et syndicaux.

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
2mn de lecture
Des manifestants à Paris le 12 décembre.Eric Gaillard – Reuters
Des manifestants à Paris le 12 décembre. © Eric Gaillard – Reuters

À rebours de l’affirmation d’Edouard Philippe, des militants associatifs et syndicaux jugent que les femmes ne seront pas « les grandes gagnantes du système universel » de retraite. Au lendemain de l’allocution prononcée par le Premier ministre devant le Conseil économique, social et environnemental (CESE), des participants de la manifestation parisienne du 12 décembre ont brandi des pancartes dénonçant l’impact de la réforme sur les femmes. Le quotidien Libération a rendu compte d’une réunion publique organisée le 16 décembre dans la capitale par des militantes féministes, pour évoquer les conséquences négatives potentielles.

Voici les motivations des critiques.

Totalité de la carrière

Comme pour les hommes, la totalité des carrières des femmes sera prise en compte dans le cadre du système par points. Cette règle est considérée par les détracteurs de la réforme comme susceptible de pénaliser les femmes, aux carrières davantage hachées que les hommes.

À l’heure actuelle, pour les salariés du privé, les 25 meilleures années de carrière sont prises en compte. Pour les fonctionnaires – qui sont en majorité des femmes –, généralement, les 6 derniers mois de carrière déterminent le montant de la pension. 

« Plus possible de neutraliser les périodes de temps partiel, le chômage ou les interruptions pour prendre en charge les enfants et les personnes dépendantes », considère l’organisation non gouvernementale (ONG) Le Mouvement, qui a lancé une pétition en ligne contre cette réforme pour elle « sexiste ».

Majoration de points

Suivant les règles actuelles, les mères ayant eu ou élevé des enfants ont droit à une majoration de leur durée d’assurance, à hauteur de 8 trimestres dans le secteur privé. Une majoration de la pension est par ailleurs due aux parents de 3 enfants ou davantage. Ces mécanismes doivent disparaître.

Une majoration de points de 5 % par enfant dès le 1er et un bonus de 2 % supplémentaires pour 3 enfants et plus doivent être instaurés à la place, pour un seul des parents. Ils seront accordés à la mère, « sauf choix contraire des parents », a précisé Edouard Philippe. Les personnes critiquant la réforme peuvent craindre que le choix soit fait au profit des pères, ces derniers percevant en général une meilleure rémunération.

« Si ce complément était attribué à des hommes, certaines femmes pourront ne plus avoir aucune compensation de leur maternité, ralentissement et interruptions de carrière », juge Le Mouvement.

Pension de réversion

D’autres mesures de la réforme des retraites sont jugées défavorables aux femmes. Il en est ainsi de la modification envisagée des règles de la pension de réversion.

Cette pension pourra être attribuée seulement au conjoint de la personne décédée, les ex-conjoints devant être exclus de son bénéfice.

En outre, explique Le Mouvement, après le décès de leur conjoint, « les femmes seront obligées d’attendre 64 ans et d’être parties en retraite pour toucher la pension de réversion, alors qu’aujourd’hui ce droit est ouvert dès 55 ans ».

df
Timour Aggiouri
Publié le

Partager cet article :