L’âge d’équilibre va bien figurer dans la réforme des retraites

Le Premier ministre est « disposé » à revenir sur l’instauration d’un âge pivot dès 2022, mais il n’a nullement abandonné cette mesure.

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
2mn de lecture
Edouard Philippe lors d’une réunion à Matignon le 10 janvier.
Edouard Philippe lors d’une réunion à Matignon le 10 janvier. © Charles Platiau – Reuters

Le texte du projet de loi ordinaire créant un système universel de retraite adressé au Conseil d’Etat et aux différentes caisses de Sécurité sociale impose bien la mise en place d’un âge d’équilibre ou pivot au-delà de 62 ans, soit le seuil légal à partir duquel les assurés peuvent en principe prétendre à une pension.

Le gouvernement d’Edouard Philippe souhaite encourager « les Français, sans les y forcer, à travailler un peu plus longtemps », d’après l’exposé des motifs du texte cité par le quotidien Le Monde. Le mécanisme de l’âge pivot est le suivant : si vous prenez votre retraite avant d’atteindre ce seuil, le montant de votre pension sera affecté d’une décote.

Par souci affiché de sérieux budgétaire, « le projet de loi prévoira que le futur système universel comporte un âge d’équilibre », écrit le Premier ministre dans sa lettre adressée le 11 janvier aux organisations syndicales et patronales. Seront au moins concernées les personnes nées à partir de 1975, susceptibles de prendre leur retraite en 2037 et plus tard.

Dans son courrier, le chef du gouvernement s’est déclaré « disposé à retirer du projet de loi » l’instauration progressive d’un âge d’équilibre, passant de 62 ans et quatre mois en 2022 à 64 ans en 2027. La mesure devait rapporter 12 milliards € de recettes, selon le quotidien Le Parisien/Aujourd’hui en France. Edouard Philippe a demandé aux organisations syndicales et patronales de trouver des compensations à cette perte potentielle.

Une conférence de financement

La conférence de financement qui doit les réunir remettra « ses conclusions d’ici la fin du mois d’avril 2020 », a précisé le Premier ministre dans son courrier. Edouard Philippe envisage deux hypothèses pour la suite.

Soit les syndicats et patronat trouvent un compromis : « le Parlement pourra en tenir compte lors de la seconde lecture, et le gouvernement prendra une ordonnance transcrivant cet accord dans la loi ».

Soit aucun accord n’est trouvé. Dans cette hypothèse, l’exécutif « prendra par ordonnance les mesures nécessaires pour atteindre l’équilibre d’ici 2027 ».

Une inconnue pour la période 2027-2037

Comme le signale Libération.fr, une inconnue subsiste quant à la période s’étalant entre 2027 et 2037. « On ne sait pas s’il y aura un âge d’équilibre entre 2027 et 2037 », a admis auprès du site le cabinet du secrétaire d’Etat chargé des Retraites, Laurent Pietraszewski, précisant que les organisations syndicales et patronales seront décisionnaires sur le sujet.

La présentation du projet de loi en Conseil des ministres doit avoir lieu le 24 janvier.

df
Timour Aggiouri
Publié le

Partager cet article :