La réforme des retraites aura-t-elle lieu ?

L’exécutif souhaite faire adopter des mesures allégées par rapport à celles figurant dans ses deux projets de loi dont il avait dû suspendre l’examen au Parlement en mars. Explications.

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
2mn de lecture
© UlyssePixel

Le Premier ministre, Jean Castex, a réaffirmé en septembre son intention de mener à bien une réforme des retraites, conformément au souhait du président de la République. Mais si Emmanuel Macron souhaite aboutir à une réforme avant la fin de son mandat en mai 2022, les organisations syndicales et patronales y sont défavorables.

La retraite par points ajournée par le Covid-19

Pour mémoire, la réforme prévue par le gouvernement avant la crise sanitaire et sociale visait à instaurer un système par points, universel, donc applicable à tous les assurés (salariés, fonctionnaires, indépendants, etc.) et un âge d’équilibre de départ, c’est-à-dire un seuil en dessous duquel les personnes liquidant leur retraite risquaient de subir un malus sur le montant de leur pension.

Encore occupé par la réaction à l’épidémie de Covid-19, l’exécutif doit aussi mettre en œuvre son plan de relance, faire adopter divers projets de loi et… préparer les élections présidentielle et législatives de 2022.

Que va-t-il rester de la réforme ?

Mais le chef de l’Etat juge persistante la nécessité de durcir les règles des retraites, dont la crise économique et la remontée du chômage risquent d’accroître les problèmes de financement. Différentes solutions s’offrent à l’exécutif. Comme l’augmentation du nombre de trimestres d’assurance requis pour percevoir une pension à taux plein (actuellement à 172 pour les assurés nés à partir de 1973) ou la fixation d’un âge d’équilibre.

La création d’un régime universel, promise par Emmanuel Macron en 2017, semble particulièrement complexe. L’exécutif est susceptible de rabaisser ses ambitions initiales concernant l’unification des régimes de retraite, en se limitant par exemple à la fin des régimes spéciaux (RATP, SNCF, etc.).

La revalorisation des petites pensions

Pour faire passer la pilule d’un durcissement des règles de la retraite, l’exécutif a la possibilité de favoriser une hausse des petites pensions. Les députés Lionel Causse (La République en marche) et Nicolas Turquois (Mouvement démocrate) ont détaillé des propositions destinées en particulier à améliorer les retraites des agriculteurs, des indépendants et des femmes.

 

Partager cet article :