Élection présidentielle : Emmanuel Macron amende son projet pour les retraites

5 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
Emmanuel Macron, Denain
Emmanuel Macron à Denain (Nord), lundi. - © Lewis Joly/Pool via Reuters

Contraint de faire pencher son programme à gauche avant le second tour de l’élection présidentielle, lors duquel il aura pour adversaire la candidate du Rassemblement national (RN) Marine Le Pen, le 24 avril, Emmanuel Macron a modifié sa proposition initiale d’un passage de 62 à 65 ans de l’âge légal de départ à la retraite.

Dans un entretien donné à France 2 mercredi 13 avril, le chef de l’Etat a sortant a exprimé son intention de porter un relèvement de l’âge minimal de départ, à hauteur « de quatre mois chaque année », jusqu’à « 64 ans en 2027-2028 »« une clause de revoyure » devant, selon lui, être fixée pour envisager un éventuel passage à 65 ans. Une telle hausse est destinée à « financer » des mesures au bénéfice des retraités, à savoir une indexation des pensions sur l’inflation « dès juillet » et la possibilité pour les personnes ayant accompli une carrière complète d’obtenir une « retraite minimum à 1 100 € ». Elle doit aussi « permettre de mieux prendre en compte la pénibilité, de continuer à garder les carrières longues ».

Consultez le guide pratique "Je demande ma retraite"

Une check-list pour ne rien oublier

Des outils pratiques

Tous les articles utiles

J'y vais

Lundi, le président de la République avait été « [i]nterpellé à de nombreuses reprises sur ce sujet par les habitants de Denain (Nord) puis de Carvin (Pas-de-Calais), où il était en déplacement », rapporte Le Monde. Il avait ouvert la porte à un tel infléchissement au cours d’échanges animés avec des personnes rencontrées au fil de ses déambulations puis dans un entretien diffusé par BFMTV.

« Je vais d’abord expliquer, puis on va concerter, on va collectivement améliorer. Il faut mettre autour de la table les gens s’il y a de l’angoisse et du rejet. Moi je veux pas diviser le pays, je dis juste : ‘‘Regardons ensemble.’’ Je crois qu’on arrive de bon sens à la même conclusion que moi. Personne ne veut sérieusement baisser les pensions, personne ne veut réduire le pouvoir d’achat des travailleurs [par un alourdissement des cotisations sociales]. Donc on doit travailler tous ensemble sur la durée », avait souligné au micro de la chaîne Emmanuel Macron, appliquant à nouveau son ancienne formule fétiche « en même temps ».

Les propositions pour les retraites dans le programme d’Emmanuel Macron

« Le relèvement progressif de l’âge légal de la retraite à 65 ans » figure dans le programme du chef de l’Etat. Le candidat de La République en marche (LREM) détaille d’autres propositions dans ce document publié sur le site Avecvous.fr, à savoir :

  • une « juste prise en compte des cas d’incapacité, des carrières longues ou pénibles » ;
  • la fin « des principaux régimes spéciaux (EDF, RATP…) pour les nouveaux entrants » ;
  • « [u]ne mobilisation pour prévenir l’usure professionnelle et lutter contre le chômage des seniors » ;
  • une hausse « de la pension minimale à taux plein à 1 100 € par mois ».

Emmanuel Macron propose en outre la reprise « des concertations sur un régime universel plus simple, seulement pour les générations futures, en construisant les compromis nécessaires ».

Au début de l’année 2020, après avoir résisté aux grèves et manifestations massives, l’exécutif s’était résolu à suspendre l’examen de deux projets de loi réformant les retraites, devant la crise sanitaire due à la pandémie de Covid-19. Il souhaitait la création d’un régime universel de retraite, fusionnant tous les régimes, une promesse faite par Emmanuel Macron durant la campagne présidentielle de 2017, mais aussi l’instauration d’un âge d’équilibre, en deçà duquel les assurés partant à la retraite risquaient une décote frappant le montant de leur pension.

Après cette suspension, ni gouvernement d’Edouard Philippe ni celui de Jean Castex n’avaient défendu la réforme devant le Parlement, donnant satisfaction aux organisations syndicales et patronales qui rejetaient une relance de ce dossier conflictuel avant les élections présidentielle et législatives de 2022. 

Retraite à 60 ans sous conditions promise par Marine Le Pen

Emmanuel Macron est arrivé en tête du premier tour de l’élection présidentielle, le 10 avril, (27,85 %), devançant comme en 2017 Marine Le Pen (23,15 %), tandis que Jean-Luc Mélenchon a échoué à la troisième place (La France insoumise, LFI, 21,95 %), d’après les données publiées sur le site du ministère de l’Intérieur.

Les résultats des sondages accordent au président sortant une victoire serrée au second tour contre la représentante du Rassemblement national, qui promet le retour de la possibilité de prendre sa retraite à 60 ans, pour les seules personnes ayant débuté leur carrière « avant 20 ans ».

« Toutes les personnes qui auront commencé à travailler avant 20 ans pourront partir à la retraite à partir de 60 ans s’ils ont quarante annuités de cotisation. Pour les autres, qui dans l’immense majorité auront un travail moins pénible physiquement, leur âge de départ et leur durée de cotisation dépendront de l’âge auquel ils auront commencé à travailler », est-il écrit dans l’un des fascicules, diffusé sur le site Mlafrance.fr, détaillant le programme de la candidate d’extrême droite.

Marine Le Pen indique rejeter « tout allongement de l’âge de départ à la retraite ». Elle est favorable par ailleurs à :

  • une indexation des retraites sur l’inflation ;
  • une revalorisation de l’allocation de solidarité de solidarité aux personnes âgées (Aspa, ancien minimum vieillesse).

Une durée d’assurance requise allant jusqu’à 43 ans

L’âge minimal de départ à la retraite se situe en principe à 62 ans. Les personnes qui ne disposent pas de la durée d’assurance requise doivent attendre l’âge de 67 ans pour percevoir une retraite à taux plein. La durée d’assurance dépend de l’année de naissance. Elle est comprise entre 41 ans et 6 mois, pour les personnes nées entre 1955 et 1957, et 43 ans, pour les personnes nées à partir de 1973.

A lire aussi