Agirc-Arrco : les retraites complémentaires seront revalorisées de 1 % en novembre

2 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
© Olga Shumitskaya

La mauvaise nouvelle était attendue, la voilà désormais officielle. Les pensions complémentaires des quelque 13 millions de retraités du privé ne seront revalorisées que de 1 % le 1er novembre prochain, soit 0,5 point sous le niveau de l’inflation hors tabac anticipée pour l’année 2021 par l’Insee dans sa dernière note de conjoncture publiée le 6 octobre. C’est ce qu’ont décidé les partenaires sociaux, gestionnaires du régime de retraite complémentaire Agirc-Arrco, lors de leur conseil d’administration jeudi 7 octobre.

La valeur de service du point Agirc-Arrco – qui permet de calculer le montant des retraites complémentaires – s’établira donc à 1,2841 € le 1er novembre prochain, contre 1,2714 € actuellement. Cette revalorisation concerne tous les retraités, quel que soit le montant de leurs revenus. Elle représente un montant de 850 millions d’euros pour le régime.

Une sous-indexation pour redresser les comptes du régime

Cette sous-indexation des pensions s’inscrit dans le cadre de l’accord conclu en juillet dernier entre les trois fédérations d’employeurs (Medef, CPME, U2P) et deux organisations de salariés (CFDT, CFTC). Cet avenant à l’accord national interprofessionnel (ANI) de 2019 a donné au conseil d’administration du régime « une marge de manœuvre plus importante (+/-0,5 point) que celle prévue initialement dans l’accord (+/-0,2 point) pour déterminer l’évolution des pensions de retraite par rapport à l’indice des prix à la consommation », explique le régime de retraite dans un communiqué.

L’objectif est de ramener à l’équilibre les comptes du régime complémentaire de retraite. Après être revenus à une situation excédentaire en 2019, ils se sont dégradés l’an passé avec la crise sanitaire, en raison du recours massif à l’activité partielle et du report de cotisations pour une partie des entreprises. Résultat, l’Agirc-Arrco a enregistré un déficit de 4,1 milliards d’euros en 2020. Une situation qui met en péril sa « règle d’or » : toujours disposer d’un niveau de réserves financières au moins égal à six mois de versement de prestations, à un horizon de quinze ans. Si la marge est encore de neuf mois avec 61 milliards d’euros de réserves en 2021, le conseil d’administration a préféré tiré la sonnette d’alarme.

Si toutefois l’inflation réelle constatée en 2021 s’avère supérieure à 1,5 %, l’accord prévoit « un rattrapage automatique » au 1er novembre 2022.

Quelle perte de pouvoir d’achat ?

Les conséquences de la sous-indexation de 0,5 point dépendent évidemment du niveau des retraites. Pour la retraite complémentaire moyenne de 481 € par mois, cela représente une perte de 2,40 € par mois. Mais pour les cadres, dont les complémentaires peuvent représenter jusqu’à 60 % du montant de leur retraite, la perte de pouvoir d’achat est plus élevée.

+ 0,2 % sur la valeur d’achat du point

En parallèle, le conseil d’administration de l’Agirc-Arrco a fixé la valeur d’achat du point. Indexée sur la progression du salaire moyen, elle permet de calculer le nombre de points acquis chaque année grâce aux cotisations. Pour l’exercice 2022, la valeur d’achat évoluera de 0,2 % au 1er janvier 2022 et s’établira à 17,4316 €, contre 17,3982 € actuellement.

A lire aussi