Restos du cœur : comment en bénéficier ?

2 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
71 000 bénévoles ont accueilli 882 000 personnes dans les 2 085 centres d’activités lors de la précédente campagne..

Dans un contexte où près de 9 millions de personnes vivent sous le seuil de pauvreté en France, l’action des Restos du cœur est toujours indispensable. Lors de la précédente campagne, 71 000 bénévoles ont accueilli 882 000 personnes dans les 2 085 centres d’activités. Sur l’ensemble de l’année, 135,8 millions de repas ont été distribués.

Pour recevoir l’aide alimentaire sous forme de paniers-repas, il faut s’inscrire en se rendant dans un des centres – dont vous trouverez les coordonnées ici - et justifier de l’insuffisance de ses ressources. S’il est conseillé de s’y prendre tôt, il est possible de faire sa demande tout au long de l’hiver. En revanche, l’accès aux camions itinérants est libre.

« L’accueil est inconditionnel et la situation appréciée au cas par cas », souligne la présidente des Restos du cœur de Dunkerque. « Il peut s’agir d’une aide ponctuelle, sur trois semaines par exemple, ou qui va durer pendant toute la campagne hivernale ».

Des repas complets et équilibrés

Une famille recevra 6 repas par semaine et par personne et une personne seule 9. Le repas comprend de la viande ou du poisson, un légume, des pâtes ou du riz, un fromage ou un yaourt, un fruit et du pain. S’y ajoutent des produits d’hygiène (savon, dentifrice…) et des produits alimentaires de base comme du lait, du beurre, de l’huile, du sucre, etc.

Les produits viennent de l’Union européenne, de la grande distribution, des collectes alimentaires.

Une aide diversifiée

En plus des paniers-repas, l’étude du dossier d’inscription permet d’évaluer les besoins de la personne accueillie en termes de logement, d’emploi, d’illettrisme, de santé… Car l’activité des Restos du cœur ne s’arrête pas à l’aide alimentaire. Ils proposent d'autres types d'actions comme l'accompagnement scolaire, l'hébergement d’urgence, l'aide juridique, le conseil budgétaire ou encore l'aide pour obtenir un microcrédit.

Une aide pour quel public ?

De plus en plus de familles monoparentales, de personnes âgées isolées et de jeunes poussent la porte des Restos du cœur. D’après les chiffres de la 32e campagne, 52 % des inscrits sont des demandeurs d’emploi et 39 % des personnes seules.

Si vous souhaitez aider l’association, lisez notre article « Restos du cœur : comment faire un don ? ».

A lire aussi