Rénovation énergétique : les bouquets de travaux permettent de gagner en efficacité

Isolation des combles, des murs, des fenêtres… Selon une étude de l’Ademe, seuls 25 % des travaux de rénovation énergétique entrepris entre 2014 et 2016 par les ménages ont permis de réduire significativement la consommation d’énergie.
2mn de lecture
Seuls 25 % des travaux ont permis de faire gagner une classe énergétique DPE.
Seuls 25 % des travaux ont permis de faire gagner une classe énergétique DPE.

Alors que la rénovation énergétique des bâtiments publics et privés est une des priorités du gouvernement, une enquête de l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie publiée mercredi 17 octobre pointe le manque d’efficacité des travaux.

Elle a été menée auprès de 29 253 ménages résidant en maison individuelle et ayant réalisé des travaux de rénovation énergétique entre 2014 et 2016 dont au moins une partie était achevée en 2016 pour un coût moyen de 11 750 €.

Ils entreprennent en priorité des opérations d’isolation sur les ouvertures, la toiture et les murs. Le chauffage arrive en quatrième position tandis que « la ventilation reste le parent pauvre des travaux de rénovation », note l’Ademe. 35 % des ménages ont réalisé des travaux sur un seul poste (isolation de la toiture par exemple) et 65 % ont entrepris des bouquets de travaux (isolation de la toiture + remplacement des fenêtres, etc.).

> A LIRE : Toit, murs, sol, fenêtres : bien isoler son logement

25 % des travaux font gagner deux classes énergétiques DPE

Concernant l’impact énergétique, 83 % estiment que les travaux ont amélioré le confort thermique de leur habitat et 61 % jugent qu’ils ont permis de réduire leurs dépenses d’énergie. En revanche, seuls 25 % des travaux ont permis de faire gagner une classe énergétique DPE et 5 % deux classes ou plus. Pour rappel, le diagnostic de performance énergétique classe les logements sur une échelle de A (économe) à G (énergivore) en évaluant leur consommation d’énergie et leur impact en termes d’émissions de gaz à effet de serre. Pour obtenir deux sauts de classe énergétique, il faut en moyenne entreprendre des travaux sur 3 ou 4 postes (toiture, fenêtres, portes et chauffage par exemple).

Pour une meilleure efficacité, l’Ademe préconise de réaliser, dès que le logement le permet, l’isolation du bâti (toiture, murs, ouvertures, plancher bas) avant d’intervenir sur le système de production de chauffage.

Par ailleurs, 60 % des ménages ont bénéficié d’au moins une aide financière mais trop peu font appel aux acteurs qui peuvent les informer et les accompagner.

- Les travaux d’économie d’énergie plus accessibles en 2019 ?

- Huit conseils pour financer vos travaux de rénovation

- Précarité énergétique : une prime pour changer de chaudière ou isoler ses combles

- Isolation phonique : les solutions à votre portée

df
Sarah Corbeel
Publié le

Immobilier, droit du travail, retraite...

Besoin d'une réponse personnalisée ?

Nos experts sont là pour vous accompagner

J'appelle

Du lundi au samedi de 9h à 20h.

0,15 € TTC / minute depuis la France métropolitaine.

Je pose ma question

C'est tout nouveau ! Votre réponse personnalisée sous un délai maximum de 48h.

Plus d'actus