Régime social des indépendants : la réforme envisagée par Emmanuel Macron

1 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
L’ancien candidat d’En marche ! compte « adosser » la caisse gérant le régime social des indépendants « au régime général ». Et réduire les cotisations sociales pesant sur les indépendants.

De nombreux entrepreneurs y sont confrontés. Jugé défaillant, le régime social des indépendants va être supprimé, a promis le président de la République durant sa campagne. L’ancien candidat d’En marche ! a précisé dans son programme vouloir « adosser » la caisse qui gère le RSI au « régime général » de la Sécurité sociale, celui des salariés, pour que tous les assurés « bénéficient de la même qualité de service et des mêmes droits ».

Mais seule la gestion du RSI sera adossée au régime général, a prévenu Emmanuel Macron. Les cotisations sociales des indépendants ne vont pas être alignées sur les cotisations des salariés.

Pas de « hausse des prélèvements »

Les « particularités et le niveau plus bas des prélèvements sociaux doivent demeurer, du fait de l’absence de tiers préleveur (absence d’employeurs) et d’une assiette spécifique de revenus, assis sur un modèle économique et comptable propre à l’activité entrepreneuriale, a déclaré l’ancien candidat d’En marche au site d’informations Batiactu. Affilier directement les indépendants au régime général entraînerait une hausse des prélèvements de plus de 30 %, ce qui n’est pas du tout notre intention. »

Selon le site d’informations L’Entreprise, le président du RSI avait estimé l’augmentation possible à plus de 50 %, lors d’une conférence de presse menée en février, en réponse aux critiques contre le régime portées par plusieurs candidats à la magistrature suprême.

Emmanuel Macron entend même réduire les cotisations pesant sur les indépendants. « Pour un revenu de 30 000 €, ce sera 500 euros de pouvoir d’achat supplémentaire », indiquait-il encore à Batiactu.

A lire aussi