Réforme de l’assurance-chômage : ce que veut faire le gouvernement

L’exécutif a retenu la dégressivité possible des allocations et la restriction des conditions d’ouverture à une indemnisation, selon « Les Echos ».
1mn de lecture
La réforme de l’assurance-chômage se précise.
La réforme de l’assurance-chômage se précise.

Les règles de l’assurance-chômage vont être durcies. Le gouvernement doit annoncer le 17 juin sa réforme, dont le Premier ministre, Edouard Philippe, est susceptible de fixer les contours 5 jours plus tôt dans son discours de politique générale, indique Les Echos.

La réforme doit prévoir de rendre dégressif le montant des allocations d’aide au retour à l’emploi (ARE) à partir de 6 mois d’indemnisation, mais seulement « pour les très hauts revenus (seniors exclus) », selon le quotidien daté du vendredi 7 juin.

6 mois travaillés minimum

Les conditions d’obtention de l’ARE vont être durcies. Une indemnisation vous est actuellement ouverte si vous avez travaillé 4 mois durant les 28 mois précédant la fin de votre contrat de travail (36 mois si vous avez plus de 53 ans à la date de fin). Le gouvernement souhaite faire passer cette durée minimale d’assurance à 6 mois sur les 24 derniers mois, d’après Les Echos.

La règle d’équivalence entre un jour travaillé et un jour indemnisé devant être maintenue, la durée minimale d’indemnisation passera de 4 à 6 mois, précise le journal.

Bien que les organisations patronales y soient opposées, un bonus-malus destiné à pénaliser les employeurs abusant des contrats courts doit être mis en œuvre, explique Les Echos. Mais le domaine d’application de la mesure est encore incertain : cette dernière visera-t-elle potentiellement l’ensemble des entreprises ou seulement celles de certains secteurs ?

L’échec des négociations

Interrogé par Dossier Familial, le cabinet de la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, se refuse à tout commentaire.

En février dernier, syndicats et organisations patronales avaient constaté leur incapacité à trouver un accord pour conclure une nouvelle convention d’assurance-chômage. Suspecté par les partenaires sociaux de vouloir saborder la gestion paritaire de l’assurance-chômage, le gouvernement avait repris la main. Il doit fixer les règles dans un décret à venir.

df
Timour Aggiouri
Publié le