Radars automatiques : à quoi sert l’argent des amendes ?

En 2017, les radars fixes ont rapporté plus de 1 milliard d’euros. Selon le ministère de l’Intérieur, 91,2 % des recettes ont été alloués à la prévention et à la sécurité routière et 8 % seulement au désendettement de l’Etat.

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
2mn de lecture
Une grande partie des recettes perçues grâce aux radars sert à améliorer la sécurité routière.
Une grande partie des recettes perçues grâce aux radars sert à améliorer la sécurité routière.

Les radars automatiques, de simples pompes à fric ? Pas du tout, selon un rapport officiel annexé au projet de loi de finances de l’année 2019 et rendu public mardi 23 octobre. Pour la deuxième année consécutive, le ministère de l’Intérieur explique en détail à quoi a été affecté l’argent des amendes.

Sur les 1,013 milliard d’euros de recettes en 2017, 91,2 %, soit 924,5 millions d’euros, ont été consacrés à la lutte contre l’insécurité routière, notamment à travers l’amélioration du réseau routier, et 8,8 %, soit 88,7 millions d’euros, ont été affectés au désendettement de l’Etat.

675,5 millions d’euros pour l’aménagement et l’entretien du réseau routier

Dans le détail, 405 millions d’euros ont été versés à l’Agence de financement des infrastructures de transport de France (AFITF) chargée de financer des projets d’infrastructures nationales pour moderniser le réseau routier et sécuriser des itinéraires. De leurs côtés, les collectivités locales ont reçu 270 millions d’euros. L’argent sert à financer des aménagements routiers, comme la création de carrefours ou de parcs de stationnement, ou à sécuriser les arrêts de transports en commun.

249 millions d’euros pour les radars automatiques et la prévention routière

La Délégation interministérielle à la sécurité routière a perçu, quant à elle, 249 millions d’euros. Cette somme sert à financer l’entretien des radars automatiques, le système de gestion des points du permis de conduire (l’expédition des lettres aux contrevenants…) ainsi que les actions de sensibilisation (campagnes de prévention, études, etc.).

Les radars rapportent davantage chaque année

Le rapport montre, par ailleurs, une hausse continue des recettes des radars depuis 2003. Selon les estimations gouvernementales, elles devraient atteindre 1,029 milliard d’euros en 2018. Pour 2019, les autorités tablent sur une nouvelle hausse de 12 %, en raison notamment de l’abaissement à 80 km/h de la vitesse maximale autorisée sur les routes secondaires.

Notez que les amendes émises par les policiers ont rapporté en 2017 965 millions d’euros (+ 8 % par rapport à 2016).

df
Sarah Corbeel
Publié le

Partager cet article :