Racheter une entreprise, une idée à creuser

1 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
Reprendre une affaire peut s’avérer plus avantageux qu’en créer une.
Reprendre une affaire peut s’avérer plus avantageux qu’en créer une. Reprendre une affaire peut s’avérer plus avantageux qu’en créer une.

Vous projetez de créer votre entreprise ? Et si vous repreniez une affaire existante ? La secrétaire d’Etat en charge du Commerce, Martine Pinville, a lancé mercredi 5 octobre une campagne de communication pour inciter au rachat d’entreprise.

« Chaque année, plus de 100 000 entreprises sont susceptibles d’être transmises mais seules 60 000 le sont réellement », remarque-t-elle dans un communiqué.

Les atouts de l’acquisition

Reprendre une affaire peut s’avérer plus avantageux qu’en fonder une. Elle s’est déjà développée et dispose de clients, de fournisseurs, voire même de salariés détenant un savoir-faire.

Revers de la médaille : l’investissement financier est susceptible d’être plus important que pour une création. Vous pouvez évidemment chercher un prêt bancaire pour financer la reprise. Mais il existe d’autres solutions, à découvrir dans un article que nous avons publié dans notre numéro de mars.

Les modalités juridiques

Rachat de parts ou d’actions constituant tout ou partie du capital de la société, acquisition du fonds de commerce (qui inclut essentiellement la clientèle) : les modalités de reprise dépendent de la forme juridique adoptée par le vendeur (entreprise individuelle ou société, type de société, le cas échéant) et de ses souhaits.

A lire aussi