Rachat de trimestres pour la retraite : le barème 2017

La Caisse nationale d’assurance vieillesse (Cnav) a fixé tous les montants à connaître pour racheter des trimestres.

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
1mn de lecture
Vous pouvez racheter au plus douze trimestres.
Vous pouvez racheter au plus douze trimestres. Vous pouvez racheter au plus douze trimestres.

Vous souhaitez racheter des trimestres de retraite au titre de vos années d’études supérieures ou de vos années d’activité validées par moins de quatre trimestres ? La Caisse nationale d’assurance vieillesse (Cnav) a fixé, dans une circulaire du 14 mars, le barème de ces versements pour la retraite (VPLR), applicable aux demandes de rachat transmises en 2017.

Deux types de rachat possibles

Vous avez la possibilité de racheter des trimestres :

  • soit au titre du taux seul (ce qui vous permet de réduire ou d’annuler votre décote, un coefficient calculé en fonction du nombre de trimestres qui vous manquent pour avoir droit à une retraite à taux plein) ;
  • soit au titre du taux et de la durée d’assurance permettant de calculer la retraite.

Le barème est susceptible de concerner d’autres dispositifs de rachat (« affiliation tardive » et « activité hors de France », « détenu et travail pénal », « organisation internationale » et « rapatrié »), rappelle la circulaire.

Un rachat de douze trimestres maximum

Au total, vous pouvez racheter au plus douze trimestres (trois ans).

Trois variables permettent de fixer le montant de l’opération :

  • le type de rachat ;
  • votre âge ;
  • le niveau de votre salaire ou de votre revenu annuel.

Le coût des versements n’augmente pas par rapport à 2016. Mais, en conséquence de la hausse du plafond annuel de la Sécurité sociale le 1er janvier 2017, les trois tranches de salaire ou de revenu prises en compte sont revalorisées. Il s’agit de la moyenne annuelle de salaire ou de revenu :

  • n’excédant pas 75 % du montant annuel du plafond ;
  • supérieure à 75 % et inférieure à 100 % du montant annuel du plafond ;
  • excédant le montant annuel du plafond.

Partager cet article :