Rachat de crédit : les abus des professionnels

Vous souhaitez regrouper vos emprunts ? Ce n’est pas forcément une mauvaise idée. Mais la Direction générale de la concurrence et de la répression des fraudes montre les pratiques peu reluisantes de certains acteurs du secteur.

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
1mn de lecture
« Les manquements constatés portent essentiellement sur la publicité, le démarchage et la mise en œuvre de pratiques commerciales trompeuses », selon la DGCCRF.
« Les manquements constatés portent essentiellement sur la publicité, le démarchage et la mise en œuvre de pratiques commerciales trompeuses », selon la DGCCRF. « Les manquements constatés portent essentiellement sur la publicité, le démarchage et la mise en œuvre de pratiques commerciales trompeuses », selon la DGCCRF.

Vous avez plusieurs emprunts bancaires ? Vous voulez les regrouper en un seul pour bénéficier d’un taux unique, réduire le montant des mensualités et allonger la durée de remboursement ? L’opération peut en effet être avantageuse. Mais certains professionnels du regroupement de crédits (ou rachat de crédit) commettent des abus, prévient la Direction générale de la concurrence et de la répression des fraudes (DGCCRF), dans une enquête publiée mercredi 16 mars.

« Les manquements constatés portent essentiellement sur la publicité, le démarchage et la mise en œuvre de pratiques commerciales trompeuses », explique cette administration du ministère de l’Economie.

Des « mentions interdites dans les publicités »

La DGCCRF déplore ainsi :

  • des « mentions interdites dans les publicités », telles que « ‘‘retrouver du pouvoir d’achat’’ » ;
  • « des allégations trompeuses (mentions valorisantes non justifiées, tromperies sur les coûts) sur les sites Internet proposant des opérations de regroupement ».

Les enquêteurs ont aussi observé des « anomalies en matière de démarchage » des irrégularités concernant notamment « l’information contractuelle ».

La « vigilance active » de la DGCCRF

Sur 182 établissements contrôlés, la DGCCRF a lancé 28 avertissements et sept injonctions et établi deux procès-verbaux.

Ces résultats l’incitent « à maintenir une vigilance active dans ce secteur qui s’adresse à des personnes en fragilité financière ».

Partager cet article :