Quels sont les placements financiers préférés des ménages ?

2 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
Quels sont les placements financiers préférés des ménages ?

Les livrets d’épargne sont de loin les produits financiers les plus fréquemment détenus : début 2018, 83,4 % des ménages déclarent en posséder au moins un, selon l’enquête de l’Insee sur le patrimoine des ménages en 2018 (Insee Première n° 1722, décembre 2018).

Les livrets les plus prisés restent les livrets défiscalisés.

  • 72,8 % des ménages détiennent un livret A (ou bleu) en 2018 ;
  • 34,6 % des ménages détiennent un livret de développement durable et solidaire (LDDS) ;
  • 18,4 % détiennent un livret d’épargne populaire (LEP) ;
  • 12,4 % détiennent un livret jeune.

Après une décennie d’augmentation, la part des ménages détenant un livret défiscalisé diminue en 2018 par rapport à 2015 (– 2,3 points) », révèle l’Insee.

Ce recul concerne tous les livrets défiscalisés, mais surtout les livrets A (ou Bleu) et les LDDS et s’explique notamment par une évolution défavorable des taux d’intérêt : après avoir atteint 2,25 % entre août 2011 et février 2013, le taux d’intérêt du livret A n’a cessé de diminuer, s’établissant à 0,75 % depuis août 2015 et ne devant pas évoluer avant 2020.

39 % des ménages possèdent une assurance vie

Après les livrets d’épargne, l’assurance-vie reste le placement financier privilégié des ménages : 39,0 % des ménages métropolitains en possèdent au moins une, soit 2,5 points de plus qu’en 2015.

Sa progression est continue depuis 2004, certes plus marquée jusqu’en 2010, mais significative entre 2010 et 2018 (+ 4,3 points) », commente l’Insee.

44,3 % des ménages dont la personne de référence a 60 ans ou plus détiennent au moins un produit de ce type, contre 23,7 % parmi les moins de 30 ans en France.

63,5 % des assurances-vie sont ainsi des contrats monosupport, ne permettant l’investissement que sur des fonds euros garantis.

Entre 2015 et 2018, la part de ménages détenant un contrat multisupports est passée de 9,3 % à 11,4 %. Dans le même temps, la part des contrats multisupports contenant plus d’un tiers d’investissements en actions a elle aussi augmenté. Cette évolution récente peut s’expliquer par la baisse importante des rendements des fonds euros ; estimés en moyenne à 1,8 % en 2017, ils sont en repli continu depuis 2014 (2,5 %). Les rendements diminuaient déjà depuis 2010 mais, jusqu’en 2015, les ménages semblaient toujours privilégier la sécurité de leur place- ment plutôt que son rendement, analyse l'Insee.

A lire aussi