Prothèses dentaires : les prix seront plafonnés à partir de 2018

Au 1er janvier 2018, les dentistes devront respecter des tarifs maximums pour les poses de prothèses et de bridges. En compensation, les soins les plus fréquents seront majorés.

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
2mn de lecture
Un Français sur cinq renonce à des soins dentaires pour des raisons financières.
Un Français sur cinq renonce à des soins dentaires pour des raisons financières.

Un Français sur cinq fait une croix sur ses soins dentaires pour des raisons financières, d’après un rapport de la Cour des comptes publié en septembre dernier. Pour les prestations les plus coûteuses, les implants et les prothèses, ils sont même deux sur trois à y renoncer. D’année en année, la part prise en charge par la Sécurité sociale diminue et celle à la charge des patients atteint 25 %.

Afin d’améliorer l’accès aux soins dentaires, un arrêté, publié le 31 mars au Journal officiel, fixe la nouvelle grille tarifaire qui s’appliquera à partir du 1er janvier 2018.

Le prix des prothèses plafonné

Les tarifs des actes « soumis à entente directe », à savoir les soins dont les tarifs sont librement établis, seront encadrés. Les dentistes ne devront pas dépasser un certain montant pour la pose de prothèses dentaires, bridges et Inlay-cores. Ces plafonds seront abaissés peu à peu pendant quatre ans. Par exemple, une couronne céramo-métallique sera facturée au maximum 550 € en 2018, 530 € en 2019 et 510 € en 2020 et 2021. Et le prix d’une couronne entièrement en céramique passera de 590 € en 2018 à 550 € en 2021.

Néanmoins, un dispositif particulier est prévu dans les départements où les tarifs pratiqués sont généralement plus élevés (Essonne, Hauts-de-Seine, Paris, Yvelines, Guadeloupe, etc.). Dans ces zones, la couronne céramo-céramique passera de 700 € en 2018 à 610 € en 2021.

Les dentistes qui pratiquent des tarifs particulièrement élevés, jusqu’à 1 000 €, seront obligés de se tenir à ces nouveaux plafonds. L’Assurance-maladie s’est d’ailleurs engagée à procéder deux fois par an à des contrôles pour vérifier le respect des nouveaux tarifs.

Dans le même temps, « la base de remboursement des couronnes, actes prothétiques les plus courants, augmentera de 107,5à 120en 2019 », précise le ministère de la Santé.

Les soins dentaires fréquents plus chers

En revanche, les soins bucco-dentaires les plus fréquents, comme le détartrage annuel ou le soin d’une carie, seront majorés. Les revalorisations sont également échelonnées sur quatre ans. Ainsi, pour le traitement d’une carie, le patient réglera 67 € en 2021, contre 41 € actuellement. Cette mesure représente un investissement de 658 millions d’euros sur quatre ans.

Amélioration de l’accès aux soins des bénéficiaires de l’ACS

Les tarifs pratiqués sur les prothèses des 5,52 millions de patients bénéficiaires de la CMU-C (couverture maladie universelle complémentaire) sont déjà plafonnés. Ces plafonds seront revalorisés. Par exemple, pour la couronne métallique, le plafond passe de 230 € à 250 €. Les patients bénéficiaires de l’ACS (aide au paiement d’une complémentaire santé), pour lesquels les tarifs étaient libres, se verront également appliquer ces plafonds.

df
Sarah Corbeel
Publié le

Partager cet article :