Premier bilan encourageant du plan « 500 000 formations »

2 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
À la mi-octobre, 450 000 chômeurs sont en cours de formation ou l’ont terminée.

Quelque 740 000 demandeurs d’emploi bénéficient déjà du plan « 500 000 formations ». Lancé en début d’année par François Hollande, il doit porter de 500 000 à un million le nombre de bénéficiaires en 2016. Neuf inscrits sur dix se disent déjà « satisfaits », d’après les données rapportées par Pôle emploi jeudi 20 octobre.

Afin de dresser un premier bilan, la ministre du Travail, Myriam El Khomri, a reçu, jeudi matin, des bénéficiaires et leurs conseillers Pôle emploi, en compagnie de Jean Bassères, directeur de l’opérateur, et Gérard Cherpion, de l’association Régions de France.

Une formation de trois mois en moyenne

Dans le détail, à la mi-octobre, 450 000 chômeurs sont en cours de formation ou l’ont terminée, 209 000 sont inscrits pour une entrée d’ici à la fin de l’année, 48 000 bénéficient d’un accompagnement à la création d’entreprise et 33 000 ont signé un contrat de professionnalisation. Les formations durent en moyenne trois mois.

Chômeurs peu qualifiés, de longue durée, seniors et jeunes ont été particulièrement visés par ce plan. Les moins de 26 ans et les plus de 45 ans représentent respectivement 25,4 % et 24,2 % des bénéficiaires. La part des « chômeurs de longue durée et/ou demandeurs d’emploi peu ou pas qualifiés » s’élève à 41,8%.

Des chômeurs « satisfaits »

Les résultats sont encourageants. À l’issue de leur formation, 89 % des demandeurs d’emploi se disent ainsi « satisfaits » voire « très satisfaits », d’après l’enquête Ipsos pour Pôle emploi réalisée en août auprès de 15 370 répondants sortis de formation en juillet. « 88 % indiquent qu’elle leur a permis de développer leurs compétences sur leur métier et/ou de se former à un nouveau métier. » Et « 80 % des participants estiment que leur conseiller les a aidés à s’engager dans un projet de formation. »

« C’est la meilleure réponse que les acteurs de terrain peuvent apporter à ceux qui sont tentés de considérer le plan 500 000 comme une manipulation statistique », a estimé Myriam El Khomri, interrogée par l’AFP. L’opposition juge que le programme de formation sert à inverser artificiellement la courbe du chômage. Pour la ministre, « l’objectif, ce n’est pas de former pour former, c’est de former utile ».

A lire aussi