Police : certains appels deviennent payants à Paris

1 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
Un nouveau numéro de téléphone, le 34 30, va remplacer le standard de la Préfecture de police de Paris.
Un nouveau numéro de téléphone, le 34 30, va remplacer le standard de la Préfecture de police de Paris. Un nouveau numéro de téléphone, le 34 30, va remplacer le standard de la Préfecture de police de Paris.

Bientôt, vous devrez payer pour appeler la Préfecture de police de Paris. Un nouveau numéro de téléphone, le 34 30, va remplacer le standard général et le numéro d’accueil de tous les commissariats de la capitale. L’appel coûtera aux usagers 6 centimes par minute en plus du coût de communication normal.

Ce standard centralisé, renommé « plateforme des appels non-urgents » (la Pfanu) devrait recevoir en moyenne 450 000 appels sur l’année. L’objectif est de rationaliser la gestion des appels et décharger des tâches téléphoniques les fonctionnaires des commissariats qui n’ont plus de standardistes. Cette mesure permettra de financer en partie la mise en place et la maintenance de la plateforme.

Les appels d’urgence ne sont pas concernés

En revanche, le numéro d’urgence, le 17, qui concentre la majorité des appels, restera bien gratuit. Les services de la police judiciaire et celui des passeports également.

D’autres administrations prélèvent déjà une surtaxe sur chaque appel comme la mairie de Paris, la Caisse primaire d’assurance maladie ou encore la Caisse d’allocation familiale de Paris.

A lire aussi