Pôle emploi va devoir aider les entreprises à résoudre leurs difficultés de recrutement

La réforme de l’assurance-chômage annoncée mardi prévoit un dispositif au bénéfice des entreprises dont les offres sont sans réponse depuis plus de 30 jours.
1mn de lecture

Malgré le niveau élevé du chômage, dans certains secteurs d’activité, des entreprises peinent à pourvoir des postes. Le gouvernement d’Edouard Philippe souhaite donc créer au sein de Pôle emploi, à partir du 1er janvier 2020, un service pour résoudre leurs « difficultés de recrutement ».

Si une offre d’emploi reste « sans réponse » plus de 30 jours après avoir été déposée, l’organisme reprendra langue avec l’entreprise concernée, explique le ministère du Travail dans son dossier de présentation de la réforme de l’assurance-chômage, détaillée mardi 18 juin.

« Travail sur le contenu de l’offre 

Pôle emploi signera un contrat avec la structure qui embauche. Il lui proposera  un « travail sur le contenu de l’offre », une « pré-sélection de candidats » ou encore la « mise en place d’actions de formations préalables au recrutement ».

Le gouvernement compte renforcer la préparation opérationnelle à l’emploi individuelle, un dispositif créé en 2009, pour satisfaire les « besoins en compétences, notamment dans les bassins où les difficultés de recrutement sont les plus grandes ».

« Une miette » par rapport aux offres pourvues

Selon Pôle emploi et le Centre de recherche pour l’étude des conditions de vie (Crédoc), 7,1 % des établissements ayant voulu embaucher en 2018 n’y sont pas arrivés.

Mais le calcul du volume d’« offres d’emploi non pourvues », expression fréquemment employée dans le débat public, fait polémique. Ces offres, « à leur niveau maximum, ne représentent guère qu’une miette, environ 1 % des emplois pourvus », estimait l’année dernière le sociologue Hadrien Clouet sur le site de Sciences Po. 

df
Timour Aggiouri
Publié le