Pôle emploi : plus de 30 000 plaintes en 2016

Les plaintes reçues par le médiateur national de Pôle emploi sont en légère hausse en 2016. Plus de 60 % concernent l’indemnisation des allocataires.

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
2mn de lecture
Plus de 60 % des réclamations concernent l’indemnisation.
Plus de 60 % des réclamations concernent l’indemnisation.

31 278. C’est le nombre de réclamations dont a fait l’objet Pôle emploi en 2016, rapporte le 8e rapport du Médiateur national de l’agence, Jean-Louis Walter, rendu public jeudi 30 mars. Si elles sont en légère augmentation par rapport à 2015 (+ 6 %), il faut toutefois mettre ce chiffre « au regard des 10,8 millions de demandes d’allocations reçues (9,2 millions en 2015, en progression de 17 %) ».

Créé en août 2008, le Médiateur national vise à favoriser et améliorer les relations entre Pôle emploi et l’ensemble des usagers (demandeurs d’emploi, employeurs et partenaires). Il dispose de 19 médiateurs régionaux chargés de traiter les réclamations individuelles. La plupart des plaintes sont traitées au niveau régional, le médiateur national s’occupant des situations les plus complexes.

Comment saisir le médiateur ?

Si votre réclamationauprès de votre Pôle emploi ne règle pas le différend, vous pouvez saisir le Médiateur, soit par voie postale, soit par e-mail. Vous pouvez vous adresser à l’antenne régionale ou à l’entité nationale en joignant à votre demande toutes les pièces utiles à son examen. Vous trouverez les coordonnées des différents médiateurs ici.

Une fois la demande émise, vous recevez dans un délai de sept jours un accusé de réception vous informant de la recevabilité de la demande.

Des réclamations pour différents motifs

Plus de 60 % des réclamations concernentl’indemnisation. Dans le détail, le droit à l’indemnisation, première source de plaintes, est en baisse de 10 points pour atteindre 26 %. Viennent ensuite celles portant sur les trop-perçus (18 %) et celles sur le calcul de l’indemnisation, en hausse de 8 % à 11 %.

Les demandes liées à la formation ont bondi de 4 % à 12 %. Cette augmentation est la conséquence de la mise en place du plan gouvernemental de 500 000 formations supplémentaires pour les chômeurs. Le Médiateur a ainsi reçu des « réclamations décrivant des refus de formation au motif que le budget régional consacré aux aides individuelles de formations (AIF) était épuisé ». « Dans une majorité de cas, c’est Pôle emploi qui a conseillé aux candidats d’entreprendre cette formation, qui en a assuré le montage financier (…) les demandes d’AIF ont ensuite été refusées », explique le rapport.

Les radiations ne représentent que 5 % des motifs de saisine (6 % en 2015). Et seul 1 % des réclamations sont émises par des entreprises.

Enfin, 23 % des réclamations obtiennent « une satisfaction totale », chiffre comparable à 2015.

Des préconisations en équité

Le Médiateur peut formuler des préconisations en équité dans le cas où la décision contestée a été prise conformément à la réglementation mais produit des effets disproportionnés ou injustes. Ces préconisations en équité restent peu nombreuses parce qu’elles répondent à des situations singulières. En 2016, le Médiateur en a formulées 932, plus de 60 % concernant l’indemnisation.

Améliorer l’aide au permis de conduire

Le Médiateur épingle le dispositif d’aide au permis de conduire, « très populaire » mais dont « la gestion est rendue difficile » en raison de la nécessité de « déclencher trois paiements successifs au bénéfice des auto-écoles » et de l’obligation de l’obtenir sous 12 mois. Le délai est jugé « trop court » et la mesure doit être simplifiée.

df
Sarah Corbeel
Publié le

Partager cet article :