Pesticides : une association pour aider les victimes à faire valoir leurs droits

L’avocate Corinne Lepage a lancé une association d’aide aux victimes de pesticides du monde entier. Baptisée Justice Pesticides, elle fournit via son site Internet des informations juridiques et scientifiques en vue d’éventuelles procédures.

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
2mn de lecture
L’avocate Corinne Lepage a lancé une association d’aide aux victimes de pesticides.
L’avocate Corinne Lepage a lancé une association d’aide aux victimes de pesticides. L’avocate Corinne Lepage a lancé une association d’aide aux victimes de pesticides.

En créant l’association Justice pesticides, l’ancienne ministre de l’Environnement Corinne Lepage souhaite regrouper et conseiller les victimes de pesticides de tous les continents. Face à la « stratégie » des fabricants de produits phytosanitaires, « la seule réponse efficace aujourd’hui est la mise en réseau de toutes les victimes actuelles et futures des pesticides, qu’elles soient des agriculteurs, des voisins de lieux de diffusion, des collectivités locales, des chercheurs ou d’autres encore », explique l’avocate dans un communiqué.

Le site Internet Justice pesticides mettra à la disposition de tous, « l’ensemble des cas contentieux concernant les pesticides dans le monde ». L’objectif est « d’établir une base juridique et scientifique internationale qui permettra de renforcer les actions en justice ».

900 décisions de justice recensées

« Nous avons recensé 900 décisions de justice qui pourraient en quelque sorte faire jurisprudence à l’échelle mondiale et qui permettront d’aider une victime ou une association de savoir comment réagir dans tel ou tel cas. Car en Asie, en Amérique du sud, en Australie, j’ai pu constater que les mêmes gens racontent toujours les mêmes histoires », relate Corinne Lepage dans Le Parisien. Il peut s’agir de « voisins d’agriculteurs victimes de pulvérisations dans leurs jardins », « de chercheurs poursuivis par les entreprises agrochimiques pour les recherches qu’ils effectuent sur l’impact sanitaire des pesticides », « de malformations d’enfants », etc.

A ce jour, 65 affaires juridiques sont enregistrées sur le site. Vous pouvez effectuer une recherche par divers filtres : mots-clés, pays de juridiction, produits visés (glyphosate, fongicide, etc.), type de plaignants, date de la décision… Vous pouvez également enrichir la base de données en ajoutant une affaire. Les contributions seront publiées après vérification de l’association.

Une base de données scientifiques

Le site rassemble des études scientifiquessur les pesticides comme le glyphosate. A noter, les études mises en ligne sont toutes en anglais.

La députée européenne Michèle Rivasi (EELV), la journaliste Marie-Monique Robin, le porte-parole de l’ONG Générations Futures François Veillerette, le céréalier Paul François en procès contre Monsanto, et plusieurs militants, scientifiques ou juristes étrangers participent à cette initiative.

A lire aussi

Partager cet article :