Péages sans barrières : comment vont-ils fonctionner  ?

L’avant-projet de loi d’orientation des mobilités prévoit un arsenal répressif pour sanctionner les fraudeurs. Deux sociétés d’autoroutes doivent ouvrir de tels péages.

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
2mn de lecture
Le gouvernement compte favoriser l’installation de péages autoroutiers dépourvus de barrières.
Le gouvernement compte favoriser l’installation de péages autoroutiers dépourvus de barrières.

Le gouvernement d’Edouard Philippe compte favoriser l’installation de péages autoroutiers dépourvus de barrières. L’avant-projet de loi d’orientation des mobilités, révélé le 17 octobre par le site d’informations Contexte, encadre la suppression des barrières en détaillant un arsenal répressif.

Pour preuve : le texte punit de 6 mois d’emprisonnement et de 7 500 € d’amende le « fait pour tout conducteur d’éluder de manière habituelle […] le paiement du péage sur une autoroute ou un ouvrage routier ouvert à la circulation publique », indique l’article 27 ter du document tel que transmis au Conseil d’Etat. Seront concernés les conducteurs ayant reçu, sur une période d’un an ou moins, plus de 5 contraventions pour absence de règlement de la somme exigée.

Reconnaissance des plaques d’immatriculation

Le fonctionnement des dispositifs sans barrières reposera sur un système de reconnaissance des plaques d’immatriculation. D’après le quotidien Le Parisien/Aujourd’hui en France, le paiement doit s’opérer suivant l’une de ces trois modalités :

  • vous êtes équipé d’un badge, en vue d’un règlement automatique ;
  • vous vous êtes enregistré au préalable sur une application, et votre compte est débité du montant dû ;
  • vous payez à la suite du passage au péage, en ligne ou auprès d’un commerçant partenaire.

Sanef et Vinci Autoroutes

La société d’autoroutes Sanef doit ouvrir début 2019 une infrastructure sans barrière en janvier sur l’autoroute A4, au péage de Boulay (Moselle). « Finis l’arrêt et l’attente au péage : la détection des véhicules se fera à distance via les caméras et antennes placées sur les portiques. Le système calculera instantanément le montant de péage dû, en fonction de la classe des véhicules (légers, poids lourds ou motos par exemple). Quant au paiement, plusieurs modes de règlement et formules d’abonnement seront proposés », explique le groupe dans un communiqué.

Selon le quotidien Ouest-France, Vinci Autoroutes doit de son côté ouvrir des péages sans barrières à Tonnay (Charente-Maritime) sur l’A837 et à Tours sur l’A10.

La suppression généralisée des barrières pose néanmoins des questions, notamment celle du péage des conducteurs domiciliés en dehors de France.

L’avant-projet de loi d’orientation des mobilités doit être présenté en novembre en Conseil des ministres.

df
Timour Aggiouri
Publié le

Partager cet article :