Passage à l’heure d’hiver : prévenir les accidents de la route

En raison du raccourcissement des journées, le risque d’accidents augmente. Passage en revue des recommandations qu’adresse la Sécurité routière aux piétons, aux automobilistes, aux conducteurs de deux-roues motorisés et aux cyclistes.

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
1mn de lecture
Dimanche 29 octobre, à 3 heures du matin, comme les autres pays de l’Union européenne, la France va passer à l’heure d’hiver.
Dimanche 29 octobre, à 3 heures du matin, comme les autres pays de l’Union européenne, la France va passer à l’heure d’hiver. Dimanche 29 octobre, à 3 heures du matin, comme les autres pays de l’Union européenne, la France va passer à l’heure d’hiver.

Dimanche 29 octobre, à 3 heures du matin, comme les autres pays de l’Union européenne, la France va passer à l’heure d’hiver : il faudra reculer votre montre d’une heure.

La nuit tombant plus tôt, le risque d’accidents de la circulation va augmenter, impliquant particulièrement des piétons. La Sécurité routière publie sur son site Internet des conseils pour prévenir les accidents. Passage en revue.

Des recommandations aux piétons, aux automobilistes et aux cyclistes

La Sécurité routière recommande aux piétons de :

  • traverser sur les passages cloutés après avoir vérifié plusieurs fois l’absence de danger ;
  • marcher sur les trottoirs ;
  • porter des vêtements clairs ou assortis de bandes réfléchissantes pour être visibles.

Les automobilistes et les conducteurs de deux-roues motorisés doivent :

  • adapter leur vitesse ;
  • rouler à au moins un mètre des trottoirs ;
  • garder en permanence vos phares allumés, même le jour.

Les adeptes du vélo sont quant à eux tenus :

  • de vérifier leur éclairage avant un trajet (l’absence de lampes est passible d’une amende de 33 €) ;
  • de porter un gilet de sécurité le jour en cas de visibilité insuffisante et la nuit (à défaut, vous risquez une amende de 75 €) ;
  • d’éviter de rouler sur les trottoirs.

A lire aussi

Partager cet article :