Parking ou chambre de bonne : quel est le meilleur placement à Paris ?

Vous avez un petit budget et souhaitez investir dans l’immobilier à Paris. Selon une enquête du réseau d’agences immobilières Guy Hoquet, le parking est plus rentable que la chambre de bonne. Mais la politique municipale antivoiture pourrait changer la donne.

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
2mn de lecture
Avec un prix d’achat moindre, peu de charges et de frais d’entretien, la place de parking est un placement locatif plus rentable.
Avec un prix d’achat moindre, peu de charges et de frais d’entretien, la place de parking est un placement locatif plus rentable.

« Les parkings et les chambres de bonne sont les investissements les plus accessibles et donc les plus répandus dans la capitale », rapporte le réseau d’agences immobilières Guy Hoquet dans une enquête publiée lundi 22 janvier. Mais quel est le plus rentable ? Pour le savoir, le réseau a analysé les achats-ventes de parkings et de chambres de bonne enregistrés entre le 1er janvier et le 31 octobre 2017 à Paris. Résultat : investir dans une place de stationnement ou un box fermé rapporte davantage.

Première différence : le prix d’achat. Il faut compter environ 24 781 € pour un parking de 11,3 m2, contre 120 750 € pour la chambre de bonne. Un écart qui donne l’avantage au parking, ce dernier conservant un rendement brut supérieur : 5,79 % avec un loyer annuel de 1 500 € contre 5,29 % pour une studette rapportant pourtant 6 500 € de loyers sur l’année. Il faudra ensuite calculer votre rendement net, grâce à notre article Comment évaluer la rentabilité de son projet immobilier ?.

« Si ce résultat peut sembler surprenant, il est en réalité tout à fait logique », note Fabrice Abraham, directeur général de Guy Hoquet dans un communiqué. « En effet, avec un investissement initial moindre et des travaux rares voire inexistants, un parking nécessite une implication budgétaire plus restreinte et est donc plus facilement rentabilisé qu’une chambre de bonne », explique-t-il.

Une baisse de 30 % de la demande de parking à Paris

Mais cette tendance pourrait ne pas durer à l’avenir. La politique de la Ville de Paris visant à réduire l’utilisation des voitures dans la capitale, à favoriser les transports en commun, le vélo et les véhicules électriques (impliquant des travaux, parfois compliqués d’un point de vue administratif et coûteux, avec la pose d’une borne de recharge au sein des parkings) pourrait changer la donne dans quelques années.

D’ailleurs, depuis 2-3 ans, le réseau note déjà une baisse d’environ 30 % de demandes de parking à Paris. De moins en moins dotés de voitures, les Parisiens n’en font plus un critère déterminant dans leur recherche de bien.

Vous serez aussi intéressé par notre dossier : Acheter un bien immobilier : investir moins de 200 000 euros

df
Sarah Corbeel
Publié le

Partager cet article :