Paris : ce que prévoit le nouveau Plan climat de la capitale

Disparition du diesel, panneaux solaires, cantines bio, végétalisation et rénovation énergétique des bâtiments… Pour atteindre ces objectifs de lutte contre le réchauffement climatique à l’horizon 2050, plusieurs mesures auront un impact très concret sur le mode de vie des Parisiens.

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
2mn de lecture
La mairie veut faire de Paris une capitale 100 % cyclable dès 2020.
La mairie veut faire de Paris une capitale 100 % cyclable dès 2020.

Dix ans après le premier, la mairie de Paris a présenté mardi 7 novembre un nouveau Plan climat air énergie territorial (PACET) pour la capitale ambitieux. Il compte 500 mesures concernant les transports, les bâtiments, l’énergie, les déchets ou encore l’alimentation. Le but est d’aller vers la « neutralité carbone » d’ici à 2050, c’est-à-dire zéro émission nette de gaz à effet de serre (GES). Grâce au premier plan, la ville a déjà réussi à réduire son empreinte carbone de 10 %.

Pour parvenir à la neutralité carbone, la capitale compte notamment diviser par deux ses consommations énergétiques d’ici à 2050. En 2014, Paris a consommé plus de 36 TWh d’énergie, dont 85 % pour les 110 000 immeubles parisiens. Le défi des trente prochaines années est donc de les rénover, ce qui représente un million de logements. Dès 2018, la Ville va continuer à financer la rénovation de 4 500 logements par an en portant l’objectif de gain d’énergie moyen à 60 %.

Autre ambition : s’approvisionner à 100 % en énergies renouvelables d’ici à 2050. Le Plan prévoit d’en produire localement 20 % en développant les panneaux solaires ou en valorisant mieux les déchets. « Paris développera également des coopérations avec d’autres territoires pour soutenir la production d’énergies renouvelables », précise la mairie dans son dossier de presse.

Zéro véhicule diesel en 2024, zéro véhicule essence en 2030

Afin de développer une mobilité propre, la mairie s’est ainsi fixé pour objectif d’atteindre zéro véhicule diesel en 2024, zéro véhicule essence en 2030, de faire de Paris une capitale 100 % cyclable dès 2020 et d’imaginer la transformation du boulevard périphérique, en réservant par exemple une voie aux véhicules de covoiturage.

Concernant le volet alimentation, il est prévu d’amplifier le plan alimentation durable dans les cantines gérées par la Ville en visant 90 % de bio ou local en 2030 contre 37 % aujourd’hui et de promouvoir le régime alimentaire flexitarien (moins tourné vers la viande mais plus sur les végétaux).

Enfin, la Ville compte amplifier la végétalisation des espaces, en débitumant les cours d’école par exemple, afin de s’adapter aux périodes de canicule.

Une consultation publique à partir de décembre

Sur les 500 mesures, environ 70 seulement relèvent de l’action de la Ville de Paris. « 40 sont de l’ordre du plaidoyer », pour « appeler les pouvoirs publics à prendre les mesures nécessaires » vers la transition énergétique. « Le reste dépend d’une action conjointe de la ville et des territoires alentours », a expliqué Célia Blauel, adjointe à la Mairie de Paris chargée des questions d’environnement lors de la conférence de presse.

Ce nouveau Plan climat sera présenté au Conseil de Paris, les 20, 21 et 22 novembre prochains. Parisiens et Franciliens pourront ensuite donner leur avis de décembre à février et le Plan sera définitivement adopté en mars 2018 par le Conseil de Paris.

df
Sarah Corbeel
Publié le

Partager cet article :