Oxyde d’éthylène : les graines de sésame ne sont pas les seuls aliments contaminés

Epices, échalotes déshydratées, amarante, psyllium… Des produits ne contenant pas de graines de sésame sont également contaminés par ce pesticide.

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
3mn de lecture
© mikafotostok

Biscuits, bagels, biscottes, houmous, huiles… Depuis septembre dernier, plus de 3 500 références de produits ont fait l’objet de rappels par les autorités sanitaires françaises, selon le dernier recensement daté du 17 février réalisé par la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF). La raison ? Tous contiennent des graines de sésame en provenance d’Inde contaminées à l’oxyde d’éthylène, une substance classée cancérigène, mutagène – c’est-à-dire pouvant causer des anomalies génétiques – et toxique pour la reproduction.

L’utilisation de ce désinfectant gazeux, visant notamment à éviter la formation de moisissures, est interdite pour les usages alimentaires dans l’Union européenne depuis 1991 comme pesticide et depuis 2011 comme biocide. La règlementation européenne a fixé la limite maximale de résidus (LMR) à 0,05 mg par kilo de graines de sésame, soit le seuil au-dessous duquel les laboratoires ne peuvent plus quantifier ce biocide. Or, les taux retrouvés dans plusieurs lots de graines de sésame en provenance d’Inde étaient 1 000 fois supérieurs à cette limite. Certains ont même présenté des teneurs en oxyde d’éthylène allant jusqu’à 186 mg/kg, une valeur 3 700 fois plus élevée que la limite maximale autorisée.

D’autres produits contaminés

Si les rappels de produits se multiplient depuis cinq mois, le scandale pourrait prendre encore de l’ampleur. Les contrôles de la Répression des fraudes montrent, en effet, que les contaminations à l’oxyde d’éthylène ne se limitent pas aux graines de sésame. Un rapport sénatorial sur le sujet, signé par Laurent Duplomb (LR) et rendu public mercredi 17 février, note ainsi « des alertes relatives à des dépassements de la LMR en oxyde d’éthylène pour de l’amarante issue de l’agriculture biologique (avec des taux entre 5 et 7 fois supérieurs à la LMR applicable aux produits issus de l’agriculture biologique), des mélanges d’épices indiens (avec des taux supérieurs à 18 fois la LMR) ou du psyllium biologique », une espèce de plantain. Des échalotes séchées indiennes ont également été rappelées. « Au regard des contrôles en cours, il ne faut pas exclure que cette alerte s'étende dans les semaines à venir », met en garde le rapport.

Ne pas consommer les produits contaminés

« Des investigations sont actuellement en cours en lien avec la Commission européenne pour identifier l’origine de cette contamination », indique la Répression des fraudes sur son site internet. Dans l’attente des résultats, elle invite les consommateurs à consulter régulièrement la liste des produits concernés par les mesures de retrait/rappel afin de vérifier s’ils ne détiennent pas un aliment appartenant à un des lots rappelés. Seuls certains lots peuvent, en effet, faire l’objet d’un rappel. S’il en fait partie, il ne faut pas le consommer et le rapporter au point de vente où il a été acheté. S’il n’en fait pas partie, il est conseillé de rester vigilant et de consulter à nouveau la liste dans les prochains jours. Enfin, si des produits correspondants à des lots rappelés sont toujours commercialisés, il ne faut pas hésiter à les signaler sur la plateforme SignalConso.

Partager cet article :