Orientation : passer un jour par an en entreprise pour découvrir des métiers

2 min de lecture

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
Les élèves de 4e, 3e, première et terminale pourront bientôt faire un stage d’une journée par an en entreprise.
Les élèves de 4e, 3e, première et terminale pourront bientôt faire un stage d’une journée par an en entreprise. Les élèves de 4e, 3e, première et terminale pourront bientôt faire un stage d’une journée par an en entreprise.

Dans le cadre du projet de loi pour « la liberté de choisir son avenir professionnel », les députés ont adopté jeudi dernier un amendement visant à « encourager une part d’initiative de la part des élèves dans la découverte des métiers ».

Concrètement, ce texte, porté par la rapporteure Catherine Fabre (LREM) et soutenu par le ministre de l’Education nationale Jean-Michel Blanquer, va permettre aux collégiens de 4e et 3e ainsi qu’aux lycéens de 1ère et terminale de faire un stage en milieu professionnel d’une journée par an à la place d’un jour de classe. Le chef d’établissement devra donner son accord. Ce dispositif, dont la date d’application n’a pas encore été précisée, complètera le stage d’observation obligatoire en classe de 3e.

Une mesure mal accueillie par l’opposition

A gauche comme à droite, ce stage a fait l’objet de critiques. Pour le député Patrick Hetzel (LR), les scolaires « vont pouvoir sécher une journée de cours » alors que le ministre devait lutter contre « l’absentéisme ». « Une journée, ça n’a aucun sens » et ce sera « encore une fois une prime au piston », a jugé de son côté la députée apparentée Front national, Emmanuelle Ménard. Même analyse pour le député communiste Jean-Paul Lecoq qui espère « que les jeunes n'auront plus de problème pour trouver des stages ».

Transfert des missions régionales d’orientation de l’Onisep aux régions

Par ailleurs, les députés ont voté un article du projet de loi qui étend les missions des régions en matière d’orientation en leur confiant les directions régionales de l’Onisep. Elles seront tenues d’informer les élèves, étudiants et familles sur les différentes formations disponibles dans la région mais aussi au niveau national et européen. Elles devront également communiquer sur la « mixité des métiers et l’égalité professionnelle ».

« Un cadre national de référence » sera établi entre l’Etat et les régions afin de « garantir l’unité du service public de l’orientation et favoriser l’égalité d’accès de l’ensemble des élèves et des étudiants à cette information ».

A lire aussi