Objets confisqués à l’aéroport : les récupérer à son retour devient possible

2 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
En 2017, 14 tonnes d’objets interdits à bord de l'avion ont été saisis à l’aéroport Paris-Charles de Gaulle.
En 2017, 14 tonnes d’objets interdits à bord de l'avion ont été saisis à l’aéroport Paris-Charles de Gaulle. En 2017, 14 tonnes d’objets interdits à bord de l'avion ont été saisis à l’aéroport Paris-Charles de Gaulle.

Par mesure de sécurité, certains objets comme les couteaux ou les flacons de parfum sont interdits à bord d’un avion. En 2017, 14 tonnes d’objets ont ainsi été saisis à l’aéroport Paris-Charles de Gaulle, parmi lesquels un grand cru de Bordeaux, une épée en bois et un embrayage de voiture. De quoi monter dans l’avion contrarié puisque une fois confisqué, impossible de les récupérer. Ils sont stockés puis détruits.

Pour y remédier, le gestionnaire des aéroports de Paris (ADP) lance, en partenariat avec La Poste, un nouveau service, baptisé « Tripperty », qui permet de récupérer au retour de son voyage les objets confisqués.

Comment ça marche ?

Concrètement, si au moment du contrôle des bagages, avant d’entrer en salle d’embarquement, vous vous faites confisquer un objet, vous recevrez un récépissé et une notice expliquant la procédure à suivre pour le récupérer.

Vous avez 21 jours pour choisir les modalités de récupération. Pour cela, vous devez vous connecter sur le site www.box.tripperty.com et saisir le numéro correspondant à votre colis indiqué sur le récépissé.

Vous pouvez alors choisir entre :

  • le recevoir directement chez vous. Le service est facturé 15 € pour un envoi en France, 20 € pour un pays européen et 30 € ailleurs dans le monde ;
  • le récupérer à la consigne de l’aéroport dans les 14 jours, moyennant 10 € ;
  • le donner à une association si l’objet est en bon état.

Dans un premier temps, ce service est disponible dans le terminal 2F et dans les halls L et M du terminal 2E de Paris-Charles de Gaulle. D’ici la fin de l’année, il sera déployé dans les autres terminaux de Paris-Charles de Gaulle et à Paris-Orly.

A lire aussi