Nucléaire : Vérifiez s’il y a des déchets nucléaires stockés près de chez vous avec la carte de Greenpeace

2 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
Les déchets nucléaires sont présents un peu partout en France.

Alors qu’une consultation nationale sur la gestion des matières et déchets radioactifs se tient jusqu’au 25 septembre, l’ONG Greenpeace a publié sur son site Internet une carte de France interactive des déchets nucléaires.

« Les volumes sont tels qu’on en retrouve partout en France, jusque sur les routes et les quais de gare sans que la population ne soit informée », déclare Yannick Rousselet, chargé de campagne nucléaire au sein de Greenpeace. Selon les chiffres de l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra) cités par l’ONG, environ 1 million de m3 de déchets produits par l’industrie électronucléaire sont aujourd’hui stockés sur différents sites, 400 000 tonnes (tML) de “matières radioactives” s’entassent, près des centrales ou à l’usine Orano de la Hague dans le Cotentin et 19 000 convois de matières et déchets radioactifs qui sillonnent les routes et les voies ferrées de l’Hexagone chaque année.

Que montre la carte de Greenpeace ?

Pour établir sa carte, Greenpeace s’est fondé sur les données de l’Andra complétées par ses propres investigations. La carte recense les principaux sites d’entreposage et points de transit (routes, gares) des déchets radioactifs générés par l’industrie électronucléaire (soit 60 % des déchets radioactifs en France), des installations industrielles et de recherche liées à cette industrie, trois sites militaires qui concentrent les déchets les plus dangereux ainsi qu’une usine de traitement de terres rares. Elle présente également des sites où sont entreposées ou par lesquels transitent des matières radioactives : des substances issues de la fabrication du combustible (uranium appauvri), des combustibles usés (sortis des réacteurs) et des produits radioactifs générés par le retraitement comme le plutonium. Les déchets issus de la médecine, de la recherche fondamentale (hors secteur électronucléaire et/ou militaire) et d’autres activités civiles et militaires ne sont, en revanche, pas mentionnés sur la carte.

Une fiche informative pour chaque lieu répertorié

Pour visualiser les sites et points de transit présents près de chez vous, il vous suffit de renseigner le code postal de votre ville sur la page de la carte. S’affichent ensuite tous les sites de stockage, de transit ou de recherche situés dans un rayon de 100 km. Une fiche informative est disponible pour chaque lieu. Pour avoir davantage de détails sur les matières et déchets nucléaires qui s’y trouvent, Greenpeace vous renvoie vers le site de l’inventaire de l’Andra.

A lire aussi