Microcrédit : un tremplin pour lancer son entreprise

2 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
76 % des entreprises créées sont toujours en activité deux ans après avoir été aidées par l'Adie.
76 % des entreprises créées sont toujours en activité deux ans après avoir été aidées par l'Adie. 76 % des entreprises créées sont toujours en activité deux ans après avoir été aidées par l'Adie.

Chaque semaine, plus de 240 nouveaux emplois sont créés grâce au microcrédit de l’Adie. L’Association pour le droit à l’initiative économique, créée il y a plus de 25 ans, finance et accompagne les créateurs d’entreprise n’ayant pas accès au crédit bancaire. A l’occasion de la Semaine du microcrédit qui se tient jusqu’au 3 février, elle publie les résultats de son étude sur l’impact économique et social de son action auprès de 2 071 entrepreneurs.

Depuis ses débuts en 1989, l’Adie a octroyé plus de 165 000 microcrédits, pouvant atteindre jusqu’à 10 000 €. Tous les trois ans, elle mène une enquête auprès des personnes qu’elle a soutenues financièrement. En dépit de la persistance du contexte de crise économique et sociale, les résultats sont encourageants.

76 % des entreprises créées sont toujours en activité deux ans après – contre 73 % des entreprises individuelles, hors auto-entrepreneurs. Et 63 % le sont encore trois ans après. « Ces résultats en nette amélioration confortent notre forte ambition de développement, partout en France, pour lever les freins de celles et ceux qui veulent se lancer à leur tour », se félicite le président de l’Adie, Frédéric Lavenir.

84 % des personnes sont insérées professionnellement deux ans après

Autre motif de satisfaction : l’insertion des personnes aidées. Au moment où elles contactent l’association, la majorité est au chômage et 35 % sont titulaires des minima sociaux. Deux ans après l’intervention de l’Adie, 84 % sont insérées professionnellement.

Parmi le tiers d’entrepreneurs qui ont dû mettre fin à leur activité, un peu plus de la moitié ont trouvé un emploi salarié ou ont créé une seconde entreprise. En revanche, 34 % sont retombés au chômage.

Par ailleurs, certaines entreprises sont créatrices d’emploi. L’étude dénombre 1,3 emploi en moyenne par entreprise financée (1,23 en 2013). Ainsi, pour le président, « il y a tout à gagner à encourager, financer et accompagner les initiatives, si modestes soient-elles de ces entrepreneurs ».

Des ateliers et débats dans toute la France

Afin d’encourager le recours au microcrédit, l’Adie Festival se déroule jusqu’au 3 février dans toute la France. Au programme, ateliers, rencontres et débats en présence de créateurs d’entreprise, de philosophes, d’écrivains et d’artistes.

A lire aussi