L’Unédic tâche de démentir « les idées reçues » sur les chômeurs

2 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
Les allocations chômage s’élèvent en moyenne à 1 010 € net par mois, soit moins que le Smic.
Les allocations chômage s’élèvent en moyenne à 1 010 € net par mois, soit moins que le Smic. Les allocations chômage s’élèvent en moyenne à 1 010 € net par mois, soit moins que le Smic.

La plupart des demandeurs d’emploi indemnisés ont-ils fait l’objet d’un licenciement économique avant leur inscription au chômage ? Non, répond l’Unédic, qui tente, dans son rapport d’activité sur l’année dernière publié au début du mois de juillet, de démentir une série d’« idées reçues » sur les chômeurs à partir de statistiques arrêtées au 30 juin 2016. Seuls 9 % des 2,51 millions de demandeurs d’emploi indemnisés à cette date ont été victimes d’un licenciement économique, révèle l’organisme qui gère l’assurance chômage.

« La moitié des chômeurs indemnisés a perdu un emploi à durée limitée, fin de contrat à durée déterminée (CDD) ou de mission d’intérim. Les personnes ayant perdu un emploi en contrat à durée indéterminée (CDI) par licenciement ne représentent que 31 % des personnes indemnisées », constate l’Unédic. Le licenciement économique est la cause d’inscription permettant d’obtenir le plus d’avantages, en particulier en matière de niveau d’indemnisation.

Un droit à l’indemnisation pour 59,6 % des chômeurs

Parmi les chômeurs, 43,8 % reçoivent des allocations chômage. Toutefois, précise l’Unédic, « 59,6 % des demandeurs d’emploi ont un droit en cours mais ne sont pas forcément tous indemnisés chaque mois, principalement parce qu’ils ont travaillé au cours du mois et disposent donc d’un revenu ».

Si de nombreux demandeurs d’emploi n’ont pas ou plus accès à l’assurance chômage, « près de 9 % » d’entre eux perçoivent des prestations « financées par l’Etat », comme le revenu de solidarité active (RSA) et l’allocation de solidarité spécifique (ASS).

Une allocation mensuelle de 1 010 € par mois

Les allocations chômage s’élèvent en moyenne à 1 010 € net par mois, soit moins que le Smic (salaire minimum interprofessionnel de croissance), à 1 149,07 € net. « Seuls 5 % des allocataires touchent plus de 1 940 € par mois », quelque 500 personnes bénéficiant de l’allocation mensuelle maximale de 6 500 €.

Contrairement à un préjugé répandu selon lequel les « chômeurs attendent d’avoir épuisé leur droit à indemnisation pour rechercher » un travail, l’Unédic explique que de nombreux « allocataires sortent d’indemnisation avant la fin de leur droit aux allocations. En 2015, ils avaient utilisé en moyenne 68 % de leur droit aux allocations pendant 10 mois. Soixante-dix pour cent des sorties d’indemnisation se passent dans les 12 premiers mois du droit ».

Bien que la durée maximale d’indemnisation atteigne en principe deux ans, un « allocataire sur quatre a moins d’un an de droit au chômage, la durée maximale des allocations reflétant la durée de l’emploi perdu ».

Un taux de chômage de 9,3 %

Selon l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee), après avoir baissé l’année dernière, le chômage touchait en France métropolitaine 9,3 % de la population active au premier trimestre 2017, au sens du Bureau international du travail (BIT).

Emmanuel Macron a prévu de réaliser une vaste réforme de l’assurance chômage : le président de la République veut notamment l’ouvrir aux indépendants et la placer dans le giron de l’Etat et non plus des partenaires sociaux.

A lire aussi