Logement étudiant : ce qu’il faut savoir sur l’assurance habitation

Vous êtes étudiant et vous comptez louer un logement pour la prochaine rentrée universitaire ? Le bailleur vous demandera sûrement une attestation d’assurance habitation.
3mn de lecture
Les étudiants, qu’ils louent seul ou à plusieurs en colocation, ont l’obligation de souscrire une assurance habitation.
Les étudiants, qu’ils louent seul ou à plusieurs en colocation, ont l’obligation de souscrire une assurance habitation.

A l’approche des vacances d’été et du début de la course au logement pour de nombreux étudiants, la Fédération française de l’assurance fait un point sur les questions que les jeunes peuvent se poser pour assurer leur future habitation correctement.

L’assurance habitation est-elle obligatoire pour un étudiant ?

Un étudiant qui loue un studio non meublé doit obligatoirement souscrire une assurance couvrant les risques locatifs d’incendie, d’explosion et de dégâts des eaux auprès de l’assureur de son choix. L’attestation d’assurance est indispensable lors la remise des clés et le bailleur a le droit de réclamer une attestation d’assurance chaque année. La loi lui permet d’inclure dans le bail une clause de résiliation si le locataire n’a pas souscrit d’assurance. Si l’étudiant ne remet pas l’attestation d’assurance, le propriétaire peut souscrire une assurance à sa place et en demander le remboursement.

La loi ne rend pas l’assurance obligatoire pour les logements meublés mais le propriétaire l’exige souvent par l’ajout d’une clause dans le bail. Pour les chambres chez l’habitant, l’assurance n’est pas forcément indispensable puisque le propriétaire est généralement déjà assuré.

Attention, l’assurance des risques locatifs ne couvre pas les dommages causés aux voisins et aux tiers ainsi que les dommages causés à vos biens.

> A LIRE : Location étudiante : ce qu’il faut savoir avant de signer le bail

L’assurance est-elle obligatoire en colocation ?

S’il s’agit d’un appartement non meublé, chaque colocataire doit être assuré pour les dommages causés au propriétaire. Chacun peut s’assurer individuellement ou tous les colocataires peuvent souscrire un seul et même contrat dans lequel le nom de chacun sera indiqué.

Faut-il s’assurer pour les dommages accidentels causés aux voisins ?

Si elle n’est pas obligatoire, l’assurance dites recours des voisins et des tiers est indispensable. Elle permet au locataire de réparer les dommages qu’il peut causer dans l’immeuble à la suite d’un incendie, d’une explosion ou d’un dégât des eaux ayant eu lieu dans son logement.

Faut-il assurer ses biens ?

L’étudiant locataire n’est pas obligé d’assurer ses biens. S’il a souscrit une assurance multirisques habitation, ses biens sont de toute façon couverts.

Quelle assurance choisir ?

Les assureurs proposent des contrats d’assurance multirisques habitation qui couvrent à la fois les responsabilités et les biens personnels du locataire. En plus des garanties de responsabilité civile locative et vie privée, ils incluent les garanties suivantes : incendie, catastrophe naturelle et technologique, tempête, attentats et dégâts des eaux. D’autres garanties sont proposées en option : vol, dommages aux appareils électriques, etc.

Que faut-il faire en cas de sinistre ?

Le locataire doit prévenir son assureur dans les cinq jours ouvrés (deux jours en cas de vol) et déposer une plainte au commissariat. Il doit préciser le numéro de contrat, la date et la nature du sinistre ainsi que les dommages causés. Si le propriétaire ou les voisins mettent la responsabilité du locataire en cause, ce dernier doit transmettre les lettres et, le cas échéant, les assignations à l’assureur.

- CAF, FSL, Action Logement : quelles aides pour les locataires ?

- Rentrée étudiante : bien gérer les frais de la vie courante

- Etudes : 13 campus connectés pour étudier à distance à la rentrée

df
Sarah Corbeel
Publié le

Immobilier, droit du travail, retraite...

Besoin d'une réponse personnalisée ?

Nos experts sont là pour vous accompagner

J'appelle

Du lundi au samedi de 9h à 20h.

0,15 € TTC / minute depuis la France métropolitaine.

Je pose ma question

C'est tout nouveau ! Votre réponse personnalisée sous un délai maximum de 48h.

Plus d'actus