L’obtention de diplômes par la validation des acquis de l’expérience recule

2 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
L’obtention de diplômes par la validation des acquis de l’expérience recule

En 2015, 60 000 dossiers de candidatures à un titre professionnel délivré par un ministère ont été jugés recevables à la validation des acquis de l’expérience (VAE), selon le ministère du Travail (Dares).

Peut se porter candidat à la VAE toute personne entrée dans la vie active qui dispose d’un an minimum d’expérience en lien avec le diplôme visé (au lieu de trois avant la loi Travail), sans distinction de statut.

L’expérience qui compte est celle acquise, en continu ou discontinu, dans le cadre d’activités professionnelles, bénévoles, syndicales, politiques et, depuis la loi Travail, des stages.

41 400 candidats se sont présentés devant un jury en vue de l’obtention de tout ou partie d’un titre ou d’un diplôme et, parmi eux, plus de 24 600 candidats ont obtenu une validation totale, indique la Dares.

Ces chiffres sont en baisse depuis 2011.

Depuis la mise en place du dispositif en 2002, un peu plus de 330 000 personnes ont obtenu une certification ministérielle par la voie de la VAE.

Les étapes qui conduisent à la VAE

Pour obtenir une VAE, il faut :

  • identifier le diplôme à valider dans le Répertoire national des certifications professionnelles (sur rncp.cncp.gouv.fr)
  • déposer sa candidature auprès de l’organisme certificateur (ministères, chambres de commerce ou des métiers, etc.).
  • demander un financement par le biais de son Compte personnel de formation (CPF), un congé VAE, Pôle Emploi ou une aide régionale.
  • rédiger son dossier en décrivant toutes les tâches réalisées en lien avec les compétences à valider. C’est l’étape la plus complexe, surtout quand on a des difficultés à l’écrit, mais l’organisme certificateur accompagne les candidats.
  • passer un entretien devant un jury qui vérifie l’authenticité du dossier en demandant des précisions ou grâce à une mise en situation professionnelle.

20 mois : c’est la durée moyenne du parcours entre le dépôt de candidature et l’obtention du diplôme.

Majoritairement des femmes

Les femmes (73 %) et les personnes occupant un emploi (74 %) restent majoritaires parmi les candidats à une certification ministérielle.

Le choix de la moitié des candidats se concentre sur seulement une dizaine de certifications, principalement dans le domaine de la santé, des affaires sociales et de l’éducation.

58 % des candidats visent un titre ou un diplôme de niveau baccalauréat ou CAP/BEP.

La part des candidats visant un diplôme de niveau CAP/BEP a été bien moins élevée en 2015 (40 %) qu’en 2014 (52 %) », souligne la Dares.

A noter, les ministères ne sont pas les seuls à permettre l’accès à leurs diplômes ou titres professionnels par la VAE. Il y a aussi :

  • les branches professionnelles ;
  • les organismes consulaires (chambres de commerce et d’industrie, chambres des métiers et de l’artisanat et chambres d’agriculture) ;
  • certains organismes privés.
A lire aussi