L’Internet à haut et très haut débit pour tous d’ici la fin 2020

Emmanuel Macron veut accélérer la lutte contre la fracture numérique et promet une couverture totale de la France entière en haut et très haut débit à l’horizon 2020.

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
2mn de lecture
Les Français devront tous avoir accès au moins au haut débit à l’horizon 2020.
Les Français devront tous avoir accès au moins au haut débit à l’horizon 2020. Les Français devront tous avoir accès au moins au haut débit à l’horizon 2020.

Lundi 18 juillet, Emmanuel Macron a promis, lors de son discours de clôture de la Conférence des territoires au Sénat, une couverture de la France entière en haut et très haut débit d’ici à la fin de l’année 2020. « Je vous dis fin 2020, car je sais que j’aurai encore l’année 2021 pour pouvoir rattraper les retards », a plaisanté le chef de l’Etat.

A l’origine, le Plan France très haut débit lancé par l’Etat en 2013 prévoyait le très haut débit (THD) pour tous en 2022. Objectif : offrir à l’ensemble des logements, entreprises et administrations du pays un accès à Internet ultra performant grâce à une connexion câble ou fibre optique supérieure à 30 Mégabits par seconde. A titre de comparaison, le haut débit désigne une connexion autour de 8 Mégabits/s. Plus le débit est élevé, plus la vitesse de réception des données (pages web, vidéos, musique, etc.) est rapide.

50,6 % du territoire a accès au très haut débit

Au 1er janvier 2017, 50,6 % du territoire a déjà accès au très haut débit avec toutefois des inégalités entre la ville et la campagne. Dans les territoires ruraux, 31,2 % des ménages et locaux professionnels y ont accès, contre 66,2 % dans les territoires urbains, d’après le site France très haut débit.

Le président a certes avancé le calendrier de deux années mais il parle d’accès au « haut et au très haut débit ». Or, quasiment tout le pays est aujourd’hui couvert par le haut débit ADSL, avec près de 30 millions de lignes cuivre. Jugeant « impossible de tenir la promesse de tirer de la fibre dans tous les logements de la République », il a ainsi appelé à « envisager les complémentarités technologiques » entre la fibre optique, le mobile et en particulier l’Internet mobile ou le satellite.

Faire des « zones blanches » une priorité

Tous les Français n’auront donc pas accès au THD en 2020 mais tous devront bénéficier d’une connexion plus rapide, et notamment les communes classées « zone blanche », c’est-à-dire mal couvertes. Il s’agit de localités situées à la campagne ou à la montagne que les opérateurs n’ont pas jugées rentables d’équiper.

Emmanuel Macron a ainsi réclamé « des mesures nouvelles d’incitation et de contrainte à l’égard des opérateurs de téléphonie », qui « rechignent encore » à se déployer. Et il a promis que l’Etat « affectera une part du grand plan d’investissement à cette priorité pour, là où c’est nécessaire, là où des carences sont constatées, se substituer aux opérateurs défaillants ».

A lire aussi

Partager cet article :