L’Ile-de-France double l’aide à la complémentaire santé des étudiants boursiers

1 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
Le montant de l’aide au paiement d’une complémentaire santé passe à 200 € à la rentrée.

Le Conseil régional d’Ile-de-France a voté, le 7 juillet dernier, le doublement de l’aide au paiement d’une complémentaire santé (ACS) pour les étudiants boursiers. Elle passe de 100 à 200 €. Sont concernés les « étudiants boursiers inscrits dans un établissement d’enseignement supérieur francilien ou dans un institut de formation sanitaire et sociale ». L’aide est immédiatement déduite du montant des cotisations santé.

Mais pour en bénéficier, les étudiants doivent choisir Harmonie Mutuelle. En mai dernier, la région Ile-de-France a lancé un appel à manifestation d’intérêt (AMI) afin de retenir la mutuelle qui offrait « le meilleur rapport qualité/prix ». Quatre mutuelles s’étaient porté candidates : Harmonie Mutuelle, la LMDE, la SMEREP et Alan.

La région cherchait une mutuelle qui :

  • propose aux étudiants boursiers « plusieurs formules présentant des couvertures différentes adaptées à leurs besoins et capacités financières » ;
  • favorise la diminution des restes à charge, notamment pour les honoraires médicaux, l’optique et le dentaire ;
  • intègre des actions de prévention en cohérence avec les axes du projet régional de santé de la région Ile-de-France : hygiène de vie, bien-être, vie affective et sexuelle, addictions.

Les conditions pour en bénéficier

Pour la demander, les étudiants doivent :

  • être âgés de 16 à 28 ans inclus ;
  • être inscrits en qualité d’étudiants dans un établissement d’enseignement supérieur francilien ou un institut de formation sanitaire et sociale francilien ;
  • être allocataires d’une bourse sur critères sociaux de l’enseignement supérieur, d’une bourse régionale au titre des formations sanitaires et sociales, d’une aide au titre du Fonds régional d’aide sociale ou du Fonds national d’aide d’urgence annuelle ;
  • avoir des ressources légèrement supérieures au plafond de la CMU-C.
A lire aussi