Les travaux d’économie d’énergie plus accessibles en 2019 ?

Afin d’encourager la rénovation énergétique, le projet de loi de finances pour 2019 reconduit pour un an le crédit d’impôt pour la transition énergétique, prolonge et simplifie l’éco-prêt à taux zéro et augmente le montant du chèque énergie.

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
2mn de lecture
Le crédit d’impôt pour ses travaux d'économies d'énergie est reconduit en 2019.
Le crédit d’impôt pour ses travaux d'économies d'énergie est reconduit en 2019.

Le ministère de la Transition écologique et solidaire verra son budget passer de 10,39 milliards à 10,59 milliards d’euros, selon le projet de loi de finances pour 2019 dévoilé lundi 24 septembre. Ce budget contient plusieurs dispositifs d’aides destinés à soutenir les Français dans la transition écologique et énergétique et à réduire leur consommation d’énergie.

Le crédit d’impôt pour la transition énergétique maintenu en 2019

Le crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE), accordé aux propriétaires ou locataires qui réalisent certains travaux de rénovation énergétique dans leur habitation principale construite depuis plus de 2 ans, ne sera pas converti en prime avant 2020.

En 2019, le crédit d’impôt continuera à s’appliquer dans les mêmes proportions que cette année. Vous pourrez déduire de votre impôt sur le revenu 30 % des dépenses (hors main d’œuvre), dans la limite de 8 000 € pour un célibataire et 16 000 € pour un couple, auxquels s’ajoutent 400 € par personne à charge. Si vous êtes non imposable, le crédit d’impôt est restitué par virement bancaire ou chèque du Trésor public si le montant est supérieur à 8 €.

Les travaux éligibles sont par exemple :

  • l’isolation des murs, des toitures ou des planchers ;
  • l’installation d’équipements de production d’eau chaude fonctionnant à l’énergie solaire ou avec une pompe à chaleur ;
  • l’installation d’une chaudière gaz à condensation ;
  • l’installation d’une borne de recharge pour les véhicules électriques ;
  • la réalisation d’un diagnostic de performance énergétique (DPE), hors obligation réglementaire.

En principe, les chaudières au fioul, les fenêtres, portes et volets isolants continueront à être exclus du dispositif.

A noter : le crédit d’impôt restera cumulable avec l’éco-prêt à taux zéro.

> A LIRE : Gaz, électricité, fioul : six façons de faire baisser la note

L’éco-PTZ prolongé jusqu’en 2021 et simplifié

L’éco-prêt à taux zéro est prorogé jusqu’en 2021, « sous une forme simplifiée et renforcée ». Il est étendu à tous les logements de plus de deux ans et non plus limité aux habitations construites avant 1990.

L’obligation de réaliser un « bouquet de travaux de rénovation énergétique » est par ailleurs supprimée. Il sera ainsi possible d’en bénéficier en entreprenant uniquement l’isolation de sa toiture ou l’installation d’une chaudière à haute performance énergétique.

> A LIRE : Huit conseils pour financer vos travaux de rénovation

Le chèque énergie augmentera de 50 € en 2019

Généralisé en 2018 pour remplacer les tarifs sociaux de l'énergie, le chèque énergie sera maintenu et son montant moyen passera de 150 à 200 € par an. « Cette revalorisation bénéficiera à environ 3,7 millions de ménages », selon le gouvernement.

Pour rappel, ce chèque est attribué directement aux ménages éligibles et peut être utilisé pour régler ses factures de chauffage ou financer certains travaux de rénovation énergétique.

- Précarité énergétique : une prime pour changer de chaudière ou isoler ses combles

- Isolation phonique : les solutions à votre portée

df
Sarah Corbeel
Publié le

Partager cet article :