Les profils les plus recherchés par les employeurs

1 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
La profession de scientifique des données est « émergente », selon Pôle emploi et LinkedIn.
La profession de scientifique des données est « émergente », selon Pôle emploi et LinkedIn. La profession de scientifique des données est « émergente », selon Pôle emploi et LinkedIn.

Quels sont les profils les plus recherchés par les entreprises ? Pôle emploi et LinkedIn considèrent comme « les plus émergentes » entre 2012 et 2017 les professions de spécialiste en développement commercial, de chargé de recrutement et de scientifique des données (data scientist), dans une enquête parue jeudi 21 février, consacrée aux emplois et aux compétences.

Les métiers de chef de projet, de journaliste et de vendeur sont à l’inverse « les plus en déclin », remarquent les auteurs.

Les professions émergentes ou en déclin sont celles qui ont enregistré « respectivement la plus grande augmentation ou diminution » de la proportion de recrutements par rapport au nombre total d’embauches sur la période.

Les domaines d’études

Les personnes exerçant une profession émergente ont le plus souvent étudié dans les domaines de la gestion RH et de la gestion du personnel, du commerce en ligne, de l’informatique et du commerce international.

Les membres de LinkedIn « occupant une profession en déclin sont davantage susceptibles d’avoir étudié dans les domaines de l’architecture, du graphisme ou encore de la radio et de la télévision ».

Attention : les résultats de l’enquête sont fondés sur les CV publiés sur le réseau social professionnel, qui affirme cependant compter 17 millions de membres en France. En raison de ce biais, « certains métiers ou secteurs » peuvent être représentés en deçà de leur poids réel.

  • Pour consulter l’enquête, cliquez ici.
A lire aussi