Les prix de l’immobilier ancien en hausse de 1,8 % sur un an

1 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
Favorisée par des taux de crédit bas et un regain de la construction, la confiance est de mise sur le marché de l’immobilier.
Favorisée par des taux de crédit bas et un regain de la construction, la confiance est de mise sur le marché de l’immobilier. Favorisée par des taux de crédit bas et un regain de la construction, la confiance est de mise sur le marché de l’immobilier.

Les prix de l’immobilier ancien ont augmenté de 1,8 % entre octobre et décembre 2016 par rapport au quatrième trimestre 2015, révèlent l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) et les Notaires de France dans leur indice paru jeudi 23 février.

Les montants déboursés pour l’achat d’un appartement ont progressé en moyenne de 1,9 % sur un an, ceux payés pour une maison ont marqué une hausse de 1,7 %, indique l’Insee, qui précise que les « données » sont « provisoires » et « corrigées des variations saisonnières ».

Une progression de 0,7 % par rapport au troisième trimestre 2016

Par rapport au troisième trimestre 2016, les prix des biens anciens ont crû en moyenne de 0,7 % : 0,9 % pour les appartements et 0,5 % pour les maisons.

En Ile-de-France, les montants payés ont grimpé de 3,1 % sur un an et de 0,9 % par rapport au troisième trimestre 2016. Dans le reste du pays, l’augmentation est moins forte : 1,3 % sur un an et 0,6 % par rapport au troisième trimestre.

Favorisée par des taux de crédit bas et un regain de la construction, la confiance est de mise sur le marché de l’immobilier. En décembre, le nombre de transactions réalisées au cours des douze derniers mois a atteint un « niveau historique de 848 000 […], dans un contexte de croissance tendancielle du parc de logements existants (+ 1 % environ en moyenne par an depuis 30 ans) », remarque l’Insee. Le précédent record datait de mai 2006 (837 000).

A lire aussi