Les femmes gagnent 23,8 % de moins que les hommes

Tel était le niveau de l’écart de salaire en 2014, selon l’Insee. Une différence qui a poussé plusieurs organisations à lancer un appel à la grève mercredi à 15 heures 40, à l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes.

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
1mn de lecture
En 2014, selon l’Insee, les femmes ont perçu un salaire net de 17 820 € en moyenne, tandis que les hommes ont gagné 23 400 €.
En 2014, selon l’Insee, les femmes ont perçu un salaire net de 17 820 € en moyenne, tandis que les hommes ont gagné 23 400 €. En 2014, selon l’Insee, les femmes ont perçu un salaire net de 17 820 € en moyenne, tandis que les hommes ont gagné 23 400 €.

Des associations de défense des droits des femmes, trois syndicats et quatre organisations non gouvernementales appelaient à faire grève mercredi 8 mars à l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes. L’horaire de début du mouvement social était symbolique : 15 heures 40, soit l’heure à partir de laquelle les femmes sont considérées comme travaillant gratuitement.

Cette idée se fonde sur l’écart de salaire moyen entre les femmes et les hommes. En 2014, dans le secteur privé et la fonction publique, les femmes gagnaient en moyenne 23,8 % de moins que les hommes, rappelle l’Insee mardi, dans un document publié parmi une série d’enquêtes de l’organisme sur les inégalités.

Un salaire net de 17 820 €

Les femmes ont perçu cette année un salaire net de 17 820 € en moyenne, tandis que les hommes ont gagné 23 400 €. La différence était plus importante encore en 1995 : elle atteignait alors 27,4 %.

En tenant compte du salaire en équivalent temps plein (EQTP), l’écart était moins grand : il s’élevait à 17,4 % en 2014.

Ce résultat se rapproche de celui révélé en mars 2015 par la Direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques (Dares). Cette administration du ministère du Travail faisait état d’une différence de 19,7 % de salaire net dans le secteur privé et les entreprises publiques en EQTP en 2010.

Une différence dès le début de carrière

« Dès le début de leur carrière professionnelle, et malgré un niveau d’études comparable voire supérieur à celui des hommes, l’écart salarial s’établit en défaveur des femmes, notamment en raison de choix de filières pouvant conduire à des débouchés professionnels moins rémunérés », constatait l’auteur de l’enquête.

« À caractéristiques identiques des salariés et des postes », il y avait « un écart non expliqué de 9,8 % ». Au mépris du principe de l’égalité salariale, résumé par la formule : « À travail égal, salaire égal. »

Partager cet article :