Les chauffeurs de transport collectif à la demande se mobilisent

Ces professionnels souhaitent continuer à utiliser les plateformes de réservation de VTC, comme Uber. Une pratique à laquelle le gouvernement entend mettre fin.

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
1mn de lecture
Les taxis (ici une manifestation le 26 janvier à Marseille) crient à la concurrence déloyale que leur créent selon eux les VTC et les Loti.
Les taxis (ici une manifestation le 26 janvier à Marseille) crient à la concurrence déloyale que leur créent selon eux les VTC et les Loti.

Sans le savoir, vous avez peut-être déjà fait un trajet en Loti. Après les taxis, c’est au tour des professionnels du transport public routier de personnes (TPRP) de se mobiliser. Plusieurs centaines d’entre eux manifestent mercredi 3 février à Paris pour pouvoir continuer à utiliser les plateformes de réservation de voitures de tourisme avec chauffeur (VTC), comme Uber. La loi d’orientation des transports intérieurs du 30 décembre 1982 encadre le TRPP, d’où le titre de Loti souvent employé pour désigner ces professionnels.

En réaction aux manifestations des taxis la semaine dernière, le gouvernement entend mettre fin à l’utilisation des sites et applications de réservation par les Loti.

Les taxis dénoncent la concurrence déloyale que leur créent selon eux les VTC et les Loti, les règles qui encadrent leur activité étant globalement plus strictes.

Les mises en demeure du gouvernement

Le secrétaire d’Etat aux Transports, Alain Vidalies, a adressé vendredi des mises en demeure à une vingtaine de plateformes.

À chaque entreprise, il enjoint de vérifier « si votre plateforme ne comporte pas de mentions qui notamment, révéleraient l’organisation d’un système de mise en relation pénalement prohibé », d’après l’AFP.

Alain Vidalies écrit aussi que « la capacité de transport routier de voyageurs » qui permet aux Loti d’exercer, « ne permet, le cas échéant […] que la réalisation de prestations dans les transports collectifs ».

Les Loti ont l’obligation de transporter au moins deux personnes à la fois, contre une pour les VTC.

df
Timour Aggiouri
Publié le

Partager cet article :