Les chances d’ascension sociale des femmes progressent

L’Insee révèle une hausse de la mobilité sociale des femmes par rapport à leur mère.
2mn de lecture
Les chances d’ascension sociale des femmes progressent.
Les chances d’ascension sociale des femmes progressent.

Les résultats de l’une des rares enquêtes sur l’ascension sociale des femmes sont encourageants. L’Insee montre une progression de la mobilité, dans un document publié mercredi 27 février. En 2015, 40 % des Françaises de 35 à 59 ans « occupent une position sociale plus élevée que leur mère, soit 2,4 fois plus qu’en 1977 ». À l’inverse, 12 % occupent une position plus basse, selon l’Institut national de la statistique et des études économiques.

Autre précision : la mobilité sociale des Françaises par rapport à leur père est moins forte que par rapport à leur mère. En 2015, un quart des femmes de la même tranche d’âge « occupent une position sociale inférieure à celle de leur père, alors que 22 % ont connu une trajectoire ascendante », écrivent les auteurs, soulignant « le niveau socioprofessionnel nettement inférieur des mères à celui des pères ».

Parmi les hommes de la tranche d’âge, « 28 % [...] ont connu une trajectoire de mobilité ascendante et 15 % une trajectoire de mobilité descendante » par rapport à leur père.

Différentes catégories socioprofessionnelles

Pour décrire ces évolutions, l’Insee s’appuie sur les différentes catégories socioprofessionnelles :

  • agriculteurs exploitants ;
  • artisans, commerçants, chefs d’entreprise ;
  • cadres et professions intellectuelles supérieures ;
  • professions intermédiaires ;
  • employées et ouvriers qualifiés ;
  • employés et ouvriers non qualifiés.

La mobilité ascendante désigne le passage à une catégorie socioprofessionnelle supérieure par rapport à celle de ses parents (employé qualifié à cadre, par exemple).

La mobilité descendante désigne le passage à une catégorie socioprofessionnelle inférieure par rapport à celle de ses parents.

L’immobilité vise le maintien à la catégorie socioprofessionnelle que celle de ses parents.

« Profonds changements de la société »

Les diverses tendances s’expliquent en partie par « les profonds changements de la société française depuis la fin des Trente glorieuses », cette période d’essor économique et de plein-emploi, au milieu des années 1970. L’Insee évoque la « poursuite du déclin de l’emploi agricole », la désindustrialisation et le développement du salariat et des services : pour toutes ces raisons, « le nombre de travailleurs indépendants et d’ouvriers » a diminué « au profit des emplois de cadres et professions intermédiaires ».

  • Pour consulter l’enquête de l’Insee, cliquez ici.
df
Timour Aggiouri
Publié le